•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool au volant : le Nouveau-Brunswick donne plus de mordant à sa loi

Un verre d'alcool sur une table avec un trousseau de clés.
La Loi sur les véhicules à moteur a été modifiée afin de prévenir l’alcool au volant. Photo: iStock

De nouvelles mesures pour lutter contre l'alcool au volant entreront en vigueur le 1er novembre au Nouveau-Brunswick.

Parmi les modifications qui seront apportées à la Loi sur les véhicules à moteur, « la période de retour en arrière du dossier de conducteur » sera prolongée de sept à dix ans.

Le permis de conduire d’un conducteur dont le taux d'alcoolémie se situe au stade d’avertissement, soit entre 0,05 % et 0,08 %, peut être suspendu à court terme.

Des sanctions progressivement plus lourdes seront imposées pour chaque infraction. Une première dérogation causera une suspension du permis de sept jours. Une deuxième infraction amènera une suspension de 15 jours. À la troisième infraction, le conducteur fera face à une suspension de 30 jours, d'une augmentation des droits de rétablissement à 230 $, et une participation à un programme de rééducation pour conducteurs ayant conduit avec les facultés affaiblies par l’alcool.

De plus, le véhicule de toute personne conduisant avec les facultés affaiblies par l’alcool peut être saisi et mis en fourrière.

À compter du 1er novembre, il sera obligatoire pour toute personne déclarée coupable d’une infraction au règlement sur l’alcool au volant prévue au Code criminel du Canada de prendre part au programme d'utilisation d'antidémarreurs avec éthylomètre.

Finalement, la dernière modification concerne une suspension de 24 heures pour inaptitude à conduire, donnant aux agents d'application de la loi l'autorité de retirer temporairement un conducteur de la route.

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Denis Landry, souligne que la conduite avec des facultés affaiblies demeure l’une des principales causes d’accidents mortels sur les routes au Nouveau-Brunswick.

Le ministre Denis Landry devant un micro.Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Denis Landry, lors d'une annonce sur de nouvelles mesures pour lutter contre la conduite en état d’ébriété. Photo : Radio-Canada / Edwin Hunter

« J’espère que ces nouvelles mesures vont dissuader les gens et qu’ils vont y penser deux fois avant de prendre le volant en état d’ébriété. Elles vont positionner notre province comme l’une des plus strictes au Canada pour lutter contre la conduite avec des facultés affaiblies », a-t-il affirmé en conférence de presse.

La gestionnaire des services aux sections de l’organisme Les mères contre l’alcool au volant (MADD) du Canada pour la région de l’Atlantique, Susan MacAskill, se réjouit de la mise en œuvre de ces importantes modifications.

« Des mesures législatives efficaces constituent un outil redoutable pour dissuader quelqu’un qui, autrement, aurait pris le volant avec les facultés affaiblies, affirme-t-elle. Ces modifications renforcent considérablement les dispositions législatives de la province et elles contribueront à réduire la conduite avec facultés affaiblies, à sauver des vies et à prévenir des blessures. »

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers