•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UPA reconnaît que les chevreuils nuisent aux récoltes dans la baie des Chaleurs

Deux cerfs de Virginie, communément appelés chevreuils

Deux cerfs de Virginie, communément appelés chevreuils

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) de la Gaspésie estime que le cerf de Virginie est devenu un animal nuisible aux cultures dans la Baie-des-Chaleurs, qui abrite 85 % du cheptel gaspésien. Pour régler ce problème, des chasseurs de la région souhaitent pouvoir abattre davantage de bêtes afin de mieux contrôler la population.

Depuis quelques années le cerf a pris racine dans les zones périurbaines de la région et a délaissé la forêt.

Ce nouveau mode de vie cause des dommages à différentes cultures dont les céréales, les fruits et les légumes comme la pomme de terres, explique le directeur général de l'UPA, Marc Tétreault.

Le cerf va jusqu'à manger l'herbage et le tubercule qui sont au sol, entraînant des pertes totales.

Une citation de : Marc Tétreault , directeur général de l'UPA

Marc Tétrault indique que l'UPA est à la recherche de solutions.

Ce qui constitue une nuisance pour l'UPA est une belle occasion pour les chasseurs qui souhaitent l'abattage de femelles dans la Baie-des-Chaleurs.

Le député de Bonaventure Sylvain Roy appuie cette requête et suggère un meilleur encadrement de la chasse en terres privées. « Pour essayer de rendre plus vivable le cheptel pour les gens qui vivent en bordure de la baie des Chaleurs ».

Un chevreuil en hiverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un chevreuil en hiver

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Problèmes sur les routes

L'an dernier, 400 carcasses de cerfs ont été récupérées dans la Baie-des-Chaleurs à la suite de collision avec des véhicules.

D'autre part, M. Roy croit que le Québec devrait s'inspirer des façons de faire du Nouveau-Brunswick pour diminuer les plaintes de citoyens lors de la chasse au cerf sans autorisation sur des terres privées. « Un environnement réglementaire ou une signalisation adaptée, pour que les gens puissent indiquer qu'ils ne veulent pas d'accès sur leurs terres et si la personne se fait prendre à embarquer sur les terres, elle a une amende. »

La chasse aux cerfs débutera la fin de semaine du 4 novembre.

D’après les informations de Pierre Cotton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !