•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès pour triple meurtre : l'accusé réagit pour la première fois

Un homme au cheveux longs et gris est assis dans le box des accusés, les yeux fermés. Il porte également une longue barbe.

Un croquis d'audience de Basil Borutski, le lundi 2 octobre 2017

Photo : Radio-Canada / Lauren Foster-MacLeod

CBC.ca
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les témoignages sur la première victime ont pris fin mercredi, au procès de Basil Borutski pour triple meurtre, l'accusé qui se représente lui-même a réagi pour la première fois en cour, à Ottawa.

L'homme âgé de 60 ans est accusé d'avoir tué de façon préméditée trois femmes de son entourage, en septembre 2015, dans les environs de la communauté de Wilno, à l'ouest d'Ottawa.

Les victimes sont Anastasia Kuzyk, Nathalie Warmerdam et Carol Culleton, qui étaient âgées respectivement de 36, 48 et 66 ans.

À l'ouverture du procès, une dénégation de culpabilité a été présentée au nom de l'accusé par le tribunal, en vertu des dispositions prévues dans le Code criminel, puisque ce dernier a refusé de plaider.

Des proches inquiets

Mercredi, cinq témoins sont venus à la barre pour parler des derniers mois de Carol Culleton et raconter qu'ils étaient inquiets pour elle, en raison des agissements étranges de son « homme à tout faire ».

Dans son témoignage, Ron Ethier, un ami de la victime, a soutenu qu'un homme nommé Basil aidait Carol Culleton à rénover son chalet. Il a ajouté que celui-ci avait commencé à faire des travaux imprévus et à se rendre chez elle sans prévenir.

Lorsque M. Ethier a pris la parole, l'accusé a tapé bruyamment sur la vitre du box des accusés, en demandant qu'on lui remette un stylo pour prendre des notes.

Poursuivant son témoignage, Ron Ethier a ajouté que la veille de sa mort, Carol Culleton avait raconté qu'elle avait clairement signifié à l'homme qui faisait des travaux chez elle qu'elle ne voulait pas qu'il revienne.

Basil Borutski a de nouveau tapé sur la vitre à la fin de l'interrogatoire de la Couronne.

Après une courte pause, le juge a demandé à l'accusé s'il avait des questions. Ce dernier n'a pas répondu.

Le dernier témoin appelé à la barre mercredi, Robin Craig, fréquentait Carol Culleton. Il a soutenu que la femme avait peur d'être seule à la maison la fin de semaine précédant sa mort, puisqu'elle ne faisait pas confiance à l'homme qui faisait des travaux à son chalet.

Le procès reprend jeudi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.