•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’éducation et l’appauvrissement au coeur du 3e débat électoral de Rimouski

Un homme pose une question à un candidat debout sur la scène, avec trois autres candidats à ses côtés.
Un citoyen pose une question lors du débat des candidats à la mairie au Cégep de Rimouski. Photo: Radio-Canada / Édith Drouin
Radio-Canada

Les quatre candidats à la mairie de Rimouski ont croisé le fer pour une troisième fois depuis le début de la campagne électorale, mercredi soir. Cette fois, le débat sur le thème de l'éducation et de l'appauvrissement avait lieu au Cégep de Rimouski.

Un texte d’Édith Drouin

Au cours du débat, deux candidats ont pu se prononcer sur la question de l’éducation et deux autres sur la question de l’appauvrissement.

Le déroulement de la soirée ne permettait pas d’échange entre les candidats. Ceux-ci avaient plutôt 10 minutes pour présenter leur position et recevaient ensuite des questions du public sur le même thème.

 

La formule du débat a causé un peu de confusion auprès des spectateurs, qui ne pouvaient poser leurs questions qu'à un seul candidat à la fois. Les candidats se sont aussi écartés des sujets prescrits quelques fois et ont signifié qu’ils auraient aimé s’exprimer sur d’autres questions.

Rétention des étudiants

En première partie de débat, la question de la rétention des étudiants en région a retenu l’attention. Les candidats devaient s’exprimer sur les façons dont la Ville de Rimouski pourrait contribuer au développement de l’éducation.

Le cégep de Rimouski.Le cégep de Rimouski. Photo : Radio-Canada / Maxence Matteau

Gilles Thériault a d’abord indiqué que Rimouski devait attirer de nouvelles industries pour permettre aux étudiants de se trouver un emploi après leurs études.

Souvent, nos étudiants ne demeurent pas à Rimouski [...] Il faut amener des industries à la Ville pour garder [nos étudiants].

Gilles Thériault, candidat à la mairie de Rimouski

Il a ajouté qu’il était prêt à rencontrer les dirigeants des institutions postsecondaires pour trouver des solutions.

De son côté, Marc Parent a proposé de mettre l’accent sur la création d’un milieu de vie stimulant, avec un transport en commun qui répond aux besoins des étudiants et des logements abordables.

Rimouski doit offrir aux étudiants et à leur famille une ville attractive avec une offre de services variés, que ce soit en matière de loisir, de culture, de sport.

Marc Parent, candidat à la mairie de Rimouski

Le candidat a également mentionné qu’il comptait favoriser l’innovation et les partenariats entre différents milieux pour encourager le développement économique de la région.

Lors de la période des questions, un citoyen a fait remarquer que peu d’initiatives concrètes avaient été discutées par les candidats. Il a toutefois été plus tard question de la construction d’un stade couvert pour l’équipe de football du Cégep.

Gilles Thériault a répondu que les contribuables avaient besoin d’une « intermission » avant la concrétisation d’un autre projet onéreux. Marc Parent s’est prononcé en faveur de l’initiative et a indiqué qu’elle faisait partie du plan triennal d’investissements 2018-2020.

Logement social et transport en commun

La deuxième partie du débat a laissé place à des idées un peu plus concrètes. Il a été question de diverses initiatives pour lutter contre l’appauvrissement de la communauté.

Le service de transport en commun de RimouskiLe service de transport en commun de Rimouski Photo : Radio-Canada

Djanick Michaud a évoqué la création d’une tarification universelle à faible coût pour le transport en commun.

Le transport collectif, c’est un point sur lequel on peut amener une modulation au niveau de la tarification [...] pour permettre aux gens d’utiliser ce transport-là à faible coût.

Djanick Michaud, candidat à la mairie de Rimouski

Le candidat a ajouté que les logements sociaux faisaient partie de la solution. Il voudrait toutefois voir apparaître des coopératives d’habitation, qui permettraient aux plus démunis d’avoir eux aussi une vie de quartier.

Pierre Chassé a plutôt proposé la construction de 180 logements sociaux sur quatre ans et 400 logements sur 8 ans, en soulignant les besoins criants pour ce type d'habitations à Rimouski.

Le logement social actuellement, c’est 309 ménages sur la liste d’attente, c’est une moyenne de 637 jours sur la liste d’attente.

Pierre Chassé, candidat à la mairie de Rimouski

Le candidat compte aussi affecter un spécialiste à l’inspection des logements pour agir rapidement en cas d’insalubrité et a présenté une initiative de soutien à domicile de 200 $ par année pour les personnes âgées de 65 ans et plus qui reçoit le Supplément de revenu garanti.

Confusion autour de la cathédrale

Lors de la dernière période de questions, l’avenir de la cathédrale de Rimouski a été abordé à plusieurs reprises.

La cathédrale de Rimouski attend toujours d'être rénovée, deux ans après sa fermetureLa cathédrale de Rimouski attend toujours d'être rénovée, plus de deux ans après sa fermeture Photo : Radio-Canada / Denis Castonguay

Deux citoyens ont souligné une contradiction dans le discours du maire sortant, Marc Parent, qui souhaite maintenant relancer le projet de déménager la Coopérative Paradis dans la cathédrale.

En juillet, ce dernier avait indiqué que la Ville écartait les possibilités de faire renaître le projet de la Coopérative Paradis à la cathédrale ou d'y déménager la bibliothèque municipale.

Le candidat s’est défendu, mercredi soir, en indiquant qu’il avait seulement écarté le projet de bibliothèque municipale.

La Coopérative Paradis a toutefois confirmé à Radio-Canada, mercredi, qu’il était hors de question de faire renaître le projet de déménager les locaux de l'organisme dans la cathédrale, à moins d’un changement radical de situation.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale