•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un déficit de 17 M$ pour le CIUSSS de l'Estrie - CHUS

Patricia Gauthier, directrice générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS
Patricia Gauthier, directrice générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS Photo: Radio-Canada

Après avoir atteint l'équilibre budgétaire l'an dernier, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie – CHUS) fait maintenant face a un important déficit de 17 millions de dollars, dont 12,8 millions sont dûs à des dépenses en main-d'oeuvre.

« Oui, il y a une pénurie de main-d'oeuvre, mais en même temps on a un problème d'absentéisme qui se poursuit, qui s'accentue davantage et qui vient créer un impact budgétaire important », a résumé d'entrée de jeu Patricia Gauthier, présidente directrice générale du CIUSSS, devant le conseil d'administration réuni à Sherbrooke mercredi en fin d'après-midi.

« Après six périodes, on a une situation financière qui est inquiétante », a-t-elle poursuivi, avant de rappeler que la situation au printemps dernier était toute autre. « C'est terminé cette étape-là [pour Québec] de nous aider et tous les fonds de tiroir ont été utilisés. »

Selon elle, pour revenir à un « coût de production de soins et services » qui soit « conforme, correct et standard », il faut miser sur la gestion des ressources humaines et la santé du personnel soignant.

Nous avons travaillé avec tous nos directeurs, nous avons rencontré ce matin tous nos gestionnaires [...] pour leur dire qu'il y avait un focus sur la main d'oeuvre et un focus sur l'amélioration continue pour revenir à l'équilibre budgétaire.

Patricia Gauthier

La direction du CIUSSS se donne deux ans pour revenir à cet équilibre budgétaire. « À chaque fois qu'on a 1 % de plus d'assurance salaire, d'absence à long terme, c'est 4 millions de dollars » qu'il en coûte au CIUSSS, a-t-elle donné en exemple.

Patricia Gauthier a affirmé que l'établissement doit faire « le deuil » de beaucoup d'autres priorités, mais ne les a pas nommées. « Oui, il nous reste encore des projets d'optimisation et ceux-ci doivent être approuvés par le ministère avant qu'on les présente. »

Estrie

Santé publique