•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario fustige la loi sur la neutralité religieuse du Québec

Le portrait d'un homme

Le procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

La nouvelle loi sur la neutralité religieuse de l'État qui a été adoptée au Québec mercredi est contraire à la Charte des droits et libertés et sera contestée en cour, selon le gouvernement ontarien.

Le procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi, a émis des commentaires sans équivoque au sujet de la loi québécoise, mercredi. « Nous respectons le droit des gens d'exprimer leurs croyances religieuses. Nous ne sommes pas d'accord avec la loi que le Québec a adoptée. Nous ne présenterons jamais une telle loi en Ontario », a déclaré M. Naqvi. « À mon sens, il n’y a aucune possibilité où cette loi ne serait pas contestée en utilisant la Charte » des droits et libertés, a-t-il ajouté.

Le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l'État, qui prévoit notamment que les services publics soient dispensés et reçus à visage découvert, a été adopté par la majorité libérale à l'Assemblée nationale du Québec, mercredi, au terme de deux années de débats houleux.

Bien que la loi ne mentionne pas la burka et le niqab, les gens qui les portent devraient les retirer durant leurs interactions avec l'État.

La loi prévoit également la possibilité d'accommodement religieux si certains critères sont respectés.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a déclaré qu'il s'attendait à ce que certaines personnes contestent la loi, mais qu’elle était nécessaire. « Les services publics devraient être donnés et reçus avec un visage ouvert », a-t-il répété.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Croyances et religions