•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon mise sur l’art et sur Picasso pour attirer des touristes

Un gros plan d'une linogravure de Pablo Picasso, exposée au musée Remai.
Un gros plan d'une linogravure de Pablo Picasso, exposée au musée Remai. Photo: Radio-Canada / Pascale Bouchard
Radio-Canada

L'un des plus grands musées d'art moderne et contemporain du pays, le Remai Modern, ouvre ses portes cette fin de semaine à Saskatoon, après des années d'attente. Le New York Times en parle comme d'un endroit à voir en 2017. Radio-Canada a eu droit à une visite privée des lieux, avant la grande inauguration, samedi.

Un texte de Laurence Martin et Pascale Bouchard

Saskatoon a beau être surnommée le Paris des Prairies, elle passe sans doute bien après la capitale française quand vient le temps de planifier vos vacances.

La ville de l'Ouest canadien souhaite quand même entrer dans la cour des grands avec l’ouverture de son tout nouveau musée : le Remai Modern.

L'attraction principale du musée? Une collection de 405 linogravures de Pablo Picasso. Ces dessins sont gravés sur du linoléum, un matériau qu’on utilise parfois comme revêtement de sol.

La construction du Musée Remai a coûté près de 85 M$. La construction du Musée Remai a coûté près de 85 millions de dollars. Photo : Radio-Canada / Laurence Martin

C’est la famille Remai, une famille de philanthropes très connue à Saskatoon, qui a fait ce don exceptionnel, estimé à 20 millions de dollars.

Pablo Picasso a créé ces linogravures entre 1951 et 1966. Pablo Picasso a créé ces linogravures entre 1951 et 1966. Photo : Radio-Canada / Laurence Martin

Au fil des ans, le public pourra découvrir une collection de 8000 peintures, sculptures, photographies et installations en tout genre. Des oeuvres d’artistes locaux, d’icônes de la peinture canadienne, comme Lawren Harris, ou de créateurs internationaux, toutes réunies dans différentes salles.

L'entrée du musée Remai et l'installation de l'artiste coréenne Haegue Yang. Chaque petit cube est fabriqué avec des stores. L'entrée du musée Remai et l'installation de l'artiste coréenne Haegue Yang. Chaque petit cube est fabriqué avec des stores. Photo : Radio-Canada / Pascale Bouchard

Le choix d’avoir un musée d’art moderne et contemporain à Saskatoon n’est pas anodin. La Saskatchewan a été fondée en 1905. C’est donc au 20e siècle et au début du 21e siècle que la province s’est développée.

Quel impact sur le tourisme?

Cette toile du peintre canadien Lawren Harris, membre du Groupe des sept, est l'une des oeuvres de plus grande valeur au musée Remai. Cette toile du peintre canadien Lawren Harris, membre du Groupe des sept, est l'une des oeuvres de plus grande valeur au musée Remai. Photo : Radio-Canada / Pascale Bouchard

La Ville espère attirer pas moins de 220 000 visiteurs chaque année au musée, et pas seulement des gens de la région.

En guise de comparaison, à Winnipeg, une ville trois fois plus grande que Saskatoon, le Musée canadien pour les droits de la personne a attiré près de 300 000 visiteurs l'an dernier. 56 % d'entre eux venaient de l'extérieur du Manitoba.

À Montréal, le Musée d'art contemporain attire en moyenne 265 000 visiteurs, à peine 45 000 de plus que ce qu’espère recevoir le Remai.

Des oeuvres de l'américain Kenneth Noland (à gauche) et des peintres de Saskatoon Robert Christie (au centre) et William Perehudoff (à droite). Des oeuvres de l'américain Kenneth Noland (à gauche) et des peintres de Saskatoon Robert Christie (au centre) et William Perehudoff (à droite). Photo : Radio-Canada / Laurence Martin

Aviva Kohen, qui est directrice des médias à Tourisme Saskatoon, ne s’attend pas à ce que des hordes de touristes de Montréal, de Toronto ou de Vancouver se précipitent, tout à coup, vers la Saskatchewan. Elle croit quand même qu’il y a moyen d’attirer ces visiteurs.

On mise de plus en plus sur des voyageurs qui viennent ici pour affaires ou pour des conférences, mais qui décident de prolonger leur séjour pour faire du tourisme.

Aviva Kohen, directrice des médias, Tourisme Saskatoon

Pour cela, il faut changer l’image de Saskatoon, ce qui prend du temps.

« Les gens pensent encore qu’on est la ville qu’on survole en avion », explique Aviva Kohen. Pourtant, ajoute-t-elle, Saskatoon compte maintenant plusieurs bons restaurants. Il y a plein de festivals.

Alors, envie d’une petite escapade culturelle dans les prochains mois? Pourquoi pas à Saskatoon!

Un Picasso à 25 $? Achetez cette assiette à la boutique du musée.Un Picasso à 25 $? Achetez cette assiette à la boutique du musée... Photo : Radio-Canada

Saskatchewan

Arts visuels