•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La consultation sur la discrimination systémique change de nom et de mandat

Le ministre québécois de l’Immigration, David Heurtel, lors de son point de presse mercredi sur les changements apportés à la consultation sur la discrimination systémique et le racisme au Québec
Le ministre québécois de l’Immigration, David Heurtel, lors de son point de presse mercredi sur les changements apportés à la consultation sur la discrimination systémique et le racisme au Québec Photo: Radio-Canada

Le Conseil des ministres a décidé de retirer à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) le mandat de mener une consultation sur la discrimination systémique et le racisme au Québec. Il a aussi décidé de rebaptiser l'exercice « Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination ».

Dans un point de presse en après-midi, le ministre de l’Immigration, David Heurtel, a confirmé que le « gouvernement ne donnera pas suite à la proposition de mandat faite à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. »

Le ministre Heurtel a aussi annoncé la tenue d’un forum d’une journée sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination, qui aura lieu au mois de décembre.

Quatre thématiques seront abordées lors de ce forum. L’objectif, selon le ministre Heurtel, sera de « proposer des solutions concrètes aux enjeux liés à l’emploi, la formation, la francisation et la lutte contre la discrimination ».

[Ces quatre thèmes] sont au cœur de la démarche d’intégration de personnes issues de l’immigration. Ils représentent l’essence même d’une contribution constructive à la société québécoise, mais aussi [les enjeux] où les obstacles à cette contribution peuvent mener à des échecs malheureux et marquants.

David Heurtel, ministre de l'Immigration

Les 31 organismes qui avaient déjà été mandatés pour faire la consultation iront à la rencontre des communautés afin de parler des enjeux qui les concernent. Ils feront ensuite part de leurs recommandations, lors du forum.

Le ministre Heurtel a aussi annoncé qu’il entreprendra au mois de novembre une tournée des régions du Québec en compagnie du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.

Leur mission sera « d’entendre les organismes à vocation communautaire et économique et les entreprises sur la pénurie de main-d’œuvre au Québec », a expliqué M. Heurtel.

Le forum sera aussi alimenté à l’aide de mémoires et de commentaires que les gens pourront déposer sur le site web du ministère. Le ministre Heurtel invite les groupes de l'opposition à contribuer à cette démarche.

Les recommandations qui découleront du forum pourront ensuite servir au gouvernement afin d'établir des politiques sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination.

Consultation controversée

La consultation sur la discrimination systémique et le racisme au Québec demandée par le gouvernement de Philippe Couillard était loin de faire l’unanimité.

Le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) réclamaient depuis longtemps l’annulation de la consultation que menait la Commission des droits de la personne.

Les partis de l’opposition reprochaient au gouvernement de vouloir dépeindre les Québécois comme étant racistes, en parlant de discrimination systémique et de racisme dans le titre de cette consultation.

Crise à la Commission des droits de la personne

Par ailleurs, la CDPDJ est plongée au coeur d'une crise de gestion.

Mardi, la ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, a annoncé qu’elle allait envoyer un vérificateur externe à la CDPDJ pour faire toute la lumière sur la situation actuelle.

« Il est important d'aller au fond des choses, d'obtenir de la part de quelqu'un, d'un expert complètement indépendant, un diagnostic », a indiqué hier Stéphanie Vallée.

Depuis la fin août, plusieurs employés ont accusé anonymement la présidente, Tamara Thermitus, d'abus d'autorité et de mauvaise gestion. Cette dernière fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du Protecteur du citoyen.

Le ministre David Heurtel a dit qu’il n’y avait pas de lien entre le retrait du mandat des mains de la CDPDJ et la controverse qui règne en ce moment à la Commission.

Un message « mal compris » selon des libéraux

La pression était forte sur les épaules du gouvernement Couillard pour qu’il abandonne l'idée d'une consultation sur la discrimination systémique et le racisme.

Il y a environ deux semaines, deux députés libéraux de Québec ont avancé que cette consultation avait pu nuire à leur formation lors de l’élection partielle dans Louis-Hébert.

Le député de Portneuf, Michel Matte, voyait dans la victoire sans équivoque de la candidate de la CAQ, Geneviève Guilbault, un signe que le message du gouvernement était mal compris de la population.

Le premier ministre Philippe Couillard avait réagi en disant qu’il allait prendre des actions et recadrer la consultation ainsi que son message.

Certains organismes avaient aussi soulevé des inquiétudes par rapport au processus de consultation.

Réactions de l’opposition

La porte-parole du PQ en matière d’immigration et de communautés culturelles, Carole Poirier, se réjouit du recadrage annoncé par le ministre Heurtel, mais se pose des questions sur les organismes qui ont été choisis.

« Il y a 31 groupes qui ont été choisis pour faire cette consultation. On a déjà dénoncé trois de ces groupes […] qui sont controversés et qui ont déjà, ici même, dénoncé que les Québécois étaient des xénophobes », a rappelé Mme Poirier.

Selon le député de Québec solidaire dans Mercier, Amir Khadir, le gouvernement fait preuve de « lâcheté pure et simple » en renonçant à s'attaquer au racisme systémique.

Il en conclut que « l'entrée en matière » du ministre David Heurtel dans ses nouvelles fonctions est « catastrophique ».

Par ailleurs, dans un bref communiqué, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a réagi en prenant « acte » de la décision du gouvernement de procéder à « un changement majeur d'orientation ». Elle veut analyser l'annonce plus en détail avant de commenter davantage.

Avec les informations de La Presse canadienne

Droits et libertés

Politique