•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance de parler des hommes victimes d'agression sexuelle

Image infographique représentant un homme dont le visage est dans l'obscurité

Sortir du placard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les allégations d'inconduite sexuelle contre l'animateur et producteur Éric Salvail mettent en lumière l'importance de parler des agressions chez les hommes, indique un chercheur de l'Université Laval.

Un texte de Carl Marchand

« On oublie qu’une agression ou du harcèlement sexuel c’est une affaire de pouvoir, vous avez beau mesurer 6 pieds 6 pouces, et que l’autre soit la moitié de votre poids et votre grandeur, a réagi Michel Dorais, sociologue de la sexualité et professeur au Département de service social à l’Université Laval, au micro de Claude Bernatchez, à l’émission Première heure.

Entrevue avec Michel Dorais, professeur à l'Université LavalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Dorais

Photo : Radio-Canada

Tout ce qui est de type violence sexuelle, c’est un rapport de pouvoir. Ce n’est pas parce que vous êtes un homme baraqué que vous êtes à l’abri.

Michel Dorais, professeur au Département de service social à l’Université Laval

Un homme sur dix est victime d’agression sexuelle, ajoute le professeur, surtout les jeunes hommes. « On en parle très peu et, souvent, ça prend des occasions comme celle-là. »

Les hommes victimes de harcèlement sont également moins enclins à porter plainte, insiste M. Dorais, qui mène actuellement une étude sur les agressions sexuelles chez les personnes LGBT.

« Tous les hommes le disent : "Pourquoi ça m’arrive à moi? Ce n’est pas supposé d’arriver aux gars. Je dois avoir quelque chose de pas correct, pas normal." Les gars se questionnent beaucoup, quelle que soit leur orientation sexuelle. »

Plus que c’est minoritaire et plus c’est rare, plus que les personnes se disent : est-ce qu’on va me croire?

Michel Dorais, professeur au Département de service social à l’Université Laval

Michel Dorais invite les victimes d’agression et de harcèlement à se manifester.

« Écoutez la voix qui vous dit : trop c’est trop. Sommez la personne d’arrêter. Si ça continue, c’est vraiment un harcèlement caractérisé », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !