•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Vallée annonce une enquête indépendante à la Commission des droits de la personne

La ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, parle au micro lors d'une conférence de presse.

La ministre de la Justice Stéphanie Vallée

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, enverra un vérificateur externe à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) pour faire toute la lumière sur la crise qui secoue l'organisme.

Depuis la fin août, plusieurs employés ont accusé, anonymement, la présidente Tamara Thermitus d'abus d'autorité et de mauvaise gestion. Cette dernière fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du Protecteur du citoyen.

Mardi, trois commissaires ont de plus confié à La Presse se sentir à l'écart depuis l'arrivée en poste de Mme Thermitus.

La présidente et 11 commissaires sont nommés par l'Assemblée nationale, mais la CDPDJ est un organisme indépendant du gouvernement.

« La situation actuelle fera l'objet d'une évaluation », a tranché Mme Vallée mardi.

Il est important d'aller au fond des choses, d'obtenir de la part de quelqu'un, d'un expert complètement indépendant, un diagnostic.

Stéphanie Vallée, ministre de la Justice

La ministre a affirmé s'être entretenue avec Mme Thermitus, mardi, et celle-ci aurait donné son aval à une vérification indépendante.

« Il y a des échanges. Il y a une volonté de la présidente aussi d'aller de l'avant avec cette démarche-là », a souligné Mme Vallée.

« On en est venu aux mêmes conclusions : qu'il est important d'avoir un diagnostic. Maintenant, vous dire qui sera mandaté, les recherches se font, les travaux se font actuellement pour trouver le bon expert », a-t-elle ajouté.

Tamara Thermitus, présidente de la
Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tamara Thermitus, présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec

La présidente doit se retirer, répètent le PQ et la CAQ

Les allégations sont nombreuses, selon la Coalition avenir Québec (CAQ) : climat de travail malsain, atmosphère de suspicion et de terreur, intimidation et attitude méprisante de la part de la présidente, trois plaintes pour abus de pouvoir, mauvaise gestion et attitude irrespectueuse déposées au Protecteur du citoyen, détresse psychologique, souffrance, maladie et départs à répétition.

Plusieurs employés ont quitté la commission depuis la nomination de la nouvelle présidente, notamment son adjoint et ses deux secrétaires de direction, a mentionné le porte-parole caquiste en matière de justice, Simon Jolin-Barrette.

C'est pourquoi Mme Thermitus doit se retirer durant les enquêtes, a-t-il lancé, faisant écho aux propos de la députée péquiste Véronique Hivon.

« Permettons-nous d'aller au fond des choses, de ne pas travailler exclusivement avec des bribes provenant des médias, mais d'obtenir une information éclairée, adéquate, sur la nature du malaise », a pour sa part plaidé la ministre Vallée.

Par ailleurs, le Parti québécois (PQ) et la CAQ ont de nouveau demandé à ce que la consultation sur la discrimination systémique et le racisme, que mène la CDPDJ, cesse immédiatement.

Le climat n'est pas assez « sobre, digne et respectueux », selon la députée du PQ, Carole Poirier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !