•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Lac-Mégantic : Michael Horan témoigne pour une 5e journée

Le directeur adjoint au transport de la MMA à Farnham, Michael Horan
Le directeur adjoint au transport de la MMA à Farnham, Michael Horan Photo: Radio-Canada / Photo : Martin Bilodeau
Radio-Canada

Au jour 9 du procès des trois anciens employés de la Montreal Maine & Atlantic Railway (MMA) accusés de négligence criminelle relativement à la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, le directeur adjoint au transport de la compagnie à Farnham, Michel Horan, a poursuivi son témoignage, et ce, pour une cinquième journée.

En contre-interrogatoire, Michael Horan a expliqué qu'il prenait part à des conférences téléphoniques quotidiennes avec des dirigeants de la MMA à Bangor, aux États-Unis. Lors de ces appels, il était question des opérations ferroviaires en cours et de celles à venir. Le témoin a affirmé que toutes les décisions concernant l’alignement des locomotives et la composition d'un convoi étaient prises aux États-Unis. Toutes modifications devaient donc être autorisées par les supérieurs, à Bangor.

L'accusé Jean Demaître, le supérieur de Michael Horan, prenait aussi part à ces discussions. Tous les problèmes mécaniques touchant notamment les locomotives étaient détaillés dans un courriel envoyé aux participants en prévision de ces conférences téléphoniques.

Courriel du 5 juillet: aucune mention d’un bris à la locomotive 5017

En contre-interrogatoire, on a pu apprendre que le courriel du 5 juillet 2013 ne rapportait aucun bris mécanique sur la locomotive 5017. Cette locomotive de tête a pris la route vers Lac-Mégantic dans la même journée, avec un convoi de 73 wagons de pétrole brut. Pourtant, le 4 juillet 2013, un mécanicien de locomotive avait achevé un rapport signalant une défectuosité. L'enquêteur de la Sûreté du Québec Mathieu Bouchard l'a d’ailleurs confirmé dans son témoignage le 5 octobre dernier. « Le 4 juillet, un fax a été envoyé pour un défaut mécanique. Mais la locomotive ne s’est jamais rendue à l’atelier », a-t-il indiqué au tribunal.

Le témoignage de Michael Horan se poursuit mercredi.

 

Estrie

Justice et faits divers