•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria, la meilleure ville au pays pour les femmes; Windsor, la pire

Chargement de l’image

Les femmes restent moins bien payées que les hommes au Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude révèle que Victoria, en Colombie-Britannique, est la meilleure ville au Canada pour être une femme, malgré l'écart de salaire entre les hommes et les femmes qui s'est légèrement élargi ces dernières années.

L'étude du Centre canadien de politiques alternatives porte sur les différences d'accès à la sécurité économique et personnelle, à l'éducation, à la santé et aux postes de direction entre les hommes et les femmes.

« Ce n’est pas une question de richesse ou de pauvreté. Il s’agit de mettre en évidence ce qui est disponible dans chaque ville et de voir l’équité d’accès entre les hommes et les femmes », explique la chercheuse responsable de l'étude, Kate McInturff.

La ville de Gatineau, au Québec, se classe en 2e place de cette étude qui a été menée dans les 25 plus grandes villes canadiennes. Québec se classe en 6e place, Sherbrooke en huitième et Montréal en 15e.

« Les villes les mieux classées sont les endroits où les écarts entre les hommes et les femmes sont les moins grands. »

— Une citation de  Kate McInturff, chercheuse au Centre canadien de politiques alternatives

Selon l'étude, les villes du Québec ont tendance à surpasser celles du reste du Canada, surtout dans la sphère économique.

On fait valoir que le secteur public fort contribue à y réduire les écarts de salaire et d'emploi. De moins bons résultats sont cependant enregistrés quand il s'agit de la promotion des femmes dans le secteur privé.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le centre-ville de Windsor

Photo : Radio-Canada/Édith Drouin

Des villes manufacturières en queue de peloton

La ville de Windsor occupe le dernier rang de ce classement. Les femmes y gagnent environ 75 % de ce que touchent les hommes en rémunération.

C'est la deuxième année d'affilié que la ville du sud-ouest de l'Ontario se trouve en queue de peloton, à l'instar des villes ontariennes, Barrie et Oshawa.

« Dans ces villes, on constate qu’après la crise, les hommes se sont replacés plus facilement et rapidement que les femmes sur le marché de l'emploi », souligne Mme McInturff.

Selon elle, ces écarts devraient se réduire dans les prochaines années en raison des améliorations dans le secteur manufacturier. « Les femmes devraient en profiter », précise-t-elle.

La chercheuse estime que les gouvernements devraient passer à l'action, puisqu'elle considère que l'équité entre genres ne progresse plus au pays.

« Les écarts restent stables depuis cinq ans partout au pays. Plus de ressources devraient être allouées aux organisations qui aident les femmes notamment », explique Mme McInturff.

Voici le classement :

  • 1. Victoria, C.-B.
  • 2. Gatineau, Qué.
  • 3. Hamilton, Ont.
  • 4. Kingston, Ont.
  • 5. Vancouver, C.-B.
  • 6. Québec, Qué.
  • 7. Saint-Jean, T.-N.-L.
  • 8. Sherbrooke, Qué.
  • 9. Halifax, N.-É.
  • 10. Toronto, Ont.
  • 11. Ottawa, Ont.
  • 12. London, Ont.
  • 13. Kelowna, C.-B.
  • 14. Abbotsford-Mission, C.-B.
  • 15. Montréal, Qué.
  • 16. St. Catharines-Niagara, Ont.
  • 17. Winnipeg, Man.
  • 18. Edmonton, Alb.
  • 19. Saskatoon, Sask.
  • 20. Kitchener-Cambridge-Waterloo, Ont.
  • 21. Regina, Sask.
  • 22. Calgary, Alb.
  • 23. Barrie, Ont.
  • 24. Oshawa, Ont.
  • 25. Windsor, Ont.
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !