•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluies torrentielles de méthane sur Titan

Représentation artistique de la surface de Titan
Représentation artistique de la surface de Titan Photo: NASA/David Hardy
Radio-Canada

Titan, la plus grosse lune de la planète Saturne, est balayée par d'intenses pluies de méthane qui façonnent sa surface, affirment des scientifiques américains dans des travaux publiés dans la revue Nature Geoscience (Nouvelle fenêtre).

Un texte d'Alain Labelle

Ces tempêtes sont relativement rares puisqu’elles se produisent environ une fois l’an, une année « titanesque » correspondant à 29,5 années terrestres. Mais elles sont quand même plus fréquentes que les astronomes ne l’estimaient à ce jour.

Je pensais que ces événements se produisaient pas plus d’une fois par millénaire. C’est toute une surprise.

Jonathan Mitchell, de l’Université de la Californie à Los Angeles

Ces fortes pluies entraînent des inondations massives dans des endroits qui sont habituellement désertiques.

Photo captée par la sonde Cassini montrant les anneaux de Saturne, avec en arrière-plan la lune Titan. On aperçoit également la petite lune Épiméthée.Les anneaux de Saturne, avec en arrière-plan la lune Titan, la plus grosse du système, tels que captés par la sonde Cassini. On aperçoit également la petite lune Épiméthée. Photo : NASA/JPL/Space Science Institute

La surface de Titan est similaire à celle de la Terre, avec des rivières qui se jettent dans de grands lacs et des mers. Elle est aussi balayée par des précipitations saisonnières, un peu comme la mousson sur Terre. Avec du méthane au lieu de l’eau.

Nos modèles climatiques laissent à penser que les tempêtes de méthane les plus intenses laissent environ un pied d’eau sur leur passage quotidiennement. C’est à peu près ce que nous avons eu cet été à Houston durant l’ouragan Harvey.

Jonathan Mitchell

Son collègue Sean Faulk explique que leurs travaux permettent de penser que les pluies extrêmes marquent sa surface glacée de la même manière que les orages extrêmes façonnent la surface rocheuse de la Terre.

Le saviez-vous?

À l'heure actuelle, l’existence de 62 satellites naturels a été confirmée dans l’orbite de Saturne. Les astronomes pensent cependant qu’il en existerait environ 150 autres de plus petite taille. Leur présence reste toutefois à confirmer.

Sur Terre, les tempêtes peuvent déclencher de grands flux de sédiments qui se propagent dans les terres basses et prennent des formes coniques, que les géologues appellent des cônes de déjection.

Dans leurs travaux, les chercheurs ont constaté que les modèles régionaux de précipitations extrêmes sur Titan sont en corrélation avec les détections récentes de cônes de déjection, ce qui laisse à penser qu'ils se sont formés à la suite de pluies intenses.

Cette découverte montre le rôle important que joue ce type de précipitation dans la formation de la surface de Titan.

Selon Seulgi Moon, l’un des coauteurs des travaux, les mêmes principes s’appliquent à la planète Mars, qui présente aussi d’importants cônes de déjection, et à la surface d’autres planètes et satellites naturels.

Les cônes ont été détectés à la surface de Titan en 2004 par les instruments de la sonde Cassini qui a été détruite récemment.

Ces travaux laissent aussi à penser que les tempêtes se développent différemment selon la région puisque, comme sur la Terre, il existe des contrastes de température d’une latitude à l’autre.

Astronomie

Science