•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record d'achalandage touristique à Anticosti

Le Cap de la Vache qui pisse, sur l'île d'Anticosti

Le Cap de la Vache qui pisse, sur l'île d'Anticosti

Photo : Gaétan Laprise

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Anticosti, le nombre de touristes ayant visité l'île au cours de la période estivale a augmenté de 39 % depuis l'année dernière. Il s'agit d'un record d'achalandage selon le Bureau touristique d'Anticosti.

Un texte de Laurence Royer

Selon le Bureau, le nombre total de visiteurs, sans regard à la durée du séjour, est passé de 963 à 1341.

Le maire John Pineault estime que c’est l’attention médiatique des derniers mois qui a contribué à cette hausse du tourisme sur l’île. Il soutient que les événements entourant l'exploitation pétrolière sur l’île ainsi que le dépôt de la candidature d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO ont piqué la curiosité des touristes.

Je l’ai vu, il y a des gens qui me disaient : on va venir visiter Anticosti avant que ce soit détruit.

Une citation de : John Pineault, maire d'Anticosti

Manque d’infrastructures

Bien qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle pour John Pineault, il craint toutefois que les infrastructures actuelles de l’île ne permettent plus de répondre à la demande.

Il explique que les chasseurs et les pêcheurs jouissent d’une grande offre de chalets et de camps dans les différentes pourvoiries de l’île. Toutefois, les touristes qui sont de passage pour quelques jours n’ont pas assez d’options, selon le maire.

On a deux gîtes et un petit hôtel. On a un petit camping municipal, mais ce n’est vraiment pas assez d’infrastructures.

Une citation de : John Pineault, maire d'Anticosti

John Pineault ajoute que la disponibilité et le prix des transports contribuent à limiter le tourisme sur l’île.

Parc national de la Sépaq

De son côté, la Société des établissements de plein air du Québec tire également un bilan positif de la saison estivale sur la Côte-Nord.

Au Parc national d'Anticosti, même si les données officielles n'ont pas encore été compilées, une augmentation significative de l'occupation des infrastructures de villégiature du Parc, par rapport à l'année dernière, a été observée.

Du côté de la Réserve faunique de Port-Cartier et de Sept-Îles, les premières observations permettent de constater que la saison a été comparable à celle de l'an dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !