•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glyphosate : un comité se penchera sur l'épandage près de la source d'eau de Moncton

De l'eau qui coule d'un robinet.

L'épandage de glyphosate près du réservoir d'eau potable du Grand Moncton inquiète les élus et les résidents.

Photo : iStock

CBC
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un groupe de travail a été mis sur pied pour évaluer les conséquences de l'épandage de glyphosate près du réservoir d'eau de Turtle Creek, qui alimente le Grand Moncton. Le groupe tiendra des discussions cet hiver, avant le prochain épandage de glyphosate, prévu pour juin 2018.

C’est la mairesse de Moncton, Dawn Arnold, qui a annoncé la nouvelle lors d’une réunion du conseil municipal, lundi soir.

Les élus de Moncton, de Dieppe et de Riverview ont rencontré des représentants des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement jeudi dernier. Ensemble, ils ont convenu de former le groupe de travail.

Le réservoir de Turtle Creek est situé à une dizaine de kilomètres de Moncton. Il s'agit de la source d'eau principale des trois municipalités qui forment l'agglomération urbaine de Moncton.

La forestière J. D. Irving, a commencé à épandre du glyphosate près du réservoir à la fin du mois d’août. Le produit sert à éliminer les pousses indésirables.

La mairesse de Moncton avait pourtant exprimé des inquiétudes à plusieurs reprises à ce sujet, et avait d’ailleurs demandé à la province de mettre un frein à l’opération.

Épandage de glyphosate par hélicoptère.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Épandage de glyphosate

Photo : Radio-Canada

« Éliminer les risques »

« Nous avons décidé de former un groupe de travail scientifique qui sera chargé d’éliminer les risques pour notre eau potable », a déclaré Dawn Arnold lundi soir.

Le glyphosate fait partie de la liste des éléments « probablement cancérogènes pour les êtres humains » du Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé.

Santé Canada permet toutefois son épandage. Selon le ministère, les risques associés au glyphosate sont acceptables pour la santé humaine si le produit est utilisé selon le mode d'emploi. Il est notamment interdit d’épandre du glyphosate à moins de 3,2 kilomètres des sources d’eau potable, ce qui a été respecté dans le cas du réservoir de Turtle Creek.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a d'ailleurs affirmé plus tôt cette année que rien ne laissait croire que du glyphosate avait contaminé la source d'eau potable de Moncton.

Carte démontrant la région du bassin hydrographique du ruisseau Turtle.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sources : http://geonb.snb.ca/herbicide/index.html http://forestinfo.ca/contact-us/

Photo : Ville de Moncton

Des résidents inquiets

Dawn Arnold affirme avoir reçu plusieurs questions de la part de résidents. Elle explique qu’aucune décision n'a été prise concernant l'épandage l'an prochain. Le groupe de travail doit se réunir cet hiver, bien avant le début de la prochaine campagne d'arrosage. « En fait, il n’y aura aucun permis qui sera émis d’ici le mois de juin 2018 », précise-t-elle.

Dawn Arnold, la mairesse de Moncton, lors de la réunion du Comité consultatif des aînés de Moncton.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dawn Arnold, la mairesse de Moncton, lors de la réunion du Comité consultatif des aînés de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Brasier

Deux employés de la Ville de Moncton siégeront au sein du groupe de travail. Il s’agit d'Elaine Aucoin, ingénieure environnementale, et de Heather Fraser, coordonnatrice de la gestion forestière.

La mairesse de Moncton ne veut pas s'avancer sur les les décisions qu'elle souhaite dans ce dossier, mais insiste sur ses inquiétudes. « C’est l’eau qu’on boit. Nous devons tout faire pour réduire les risques. »

La province n’a pas répondu aux demandes d’entrevue jusqu’à présent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !