•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'homme accusé d'avoir tenu en otage la journaliste Amanda Lindhout dit y avoir été contraint

Dessin illustrant un homme noir menotté sur un écran lors d'un témoignage au tribunal
L'accusé, Ali Omar Ader, témoignait par vidéoconférence. Photo: Greg Banning
La Presse canadienne

Un homme accusé d'avoir tenu en otage une journaliste canadienne dit avoir été contraint de le faire parce qu'il avait été menacé de mort par l'organisation criminelle qui l'avait enlevée il y a neuf ans.

Ali Omar Ader témoignait devant la Cour supérieure de l'Ontario, lundi. Il a assuré qu'il n'avait tenu aucun rôle dans le plan élaboré pour kidnapper Amanda Lindhout, qui travaillait comme journaliste près de Mogadiscio, la capitale somalienne, en 2008.

Il a livré son témoignage par vidéoconférence de la Somalie et était traduit par un interprète.

Alors qu'il était interrogé par l'un de ses avocats, M. Ader a raconté qu'il était à un marché lorsque des hommes se sont brusquement approchés de lui en tirant des coups de feu près de ses pieds.

Selon le récit de M. Ader, ils lui auraient alors demandé de se lever et de les suivre, sans quoi ils le tueraient.

Il aurait ensuite été transporté vers une maison située à l'extérieur de la ville, où Mme Lindhout, originaire de Red Deer en Alberta, et le photographe australien Nigel Brennan étaient tenus en otages.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites