•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enfer de l’A-15… et des résidents de Mirabel

Le reportage de Vincent Maisonneuve.
Radio-Canada

Les problèmes de circulation sur l'autoroute des Laurentides sont devenus récurrents, particulièrement pour les résidents de Mirabel, qui ont vu les bouchons augmenter au même rythme que la construction de maisons. Les trois candidats à la mairie de Mirabel proposent chacun leurs solutions pour régler le problème devenu insoutenable.

Saint-Augustin, un secteur de Mirabel situé à environ 10 kilomètres à l'ouest de l’autoroute 15, est un endroit idéal pour les familles. Cette banlieue en plein cœur de la campagne offre des maisons abordables et des rues sécuritaires pour les enfants.

Valérie Chartrand et Marie-Claude Pagé, deux voisines, ont décidé de s’y installer, il y a de cela neuf ans. Elles étaient loin de se douter que leur milieu de vie allait prendre énormément d’expansion.

Chaque année, il y a dans ce secteur de Mirabel de plus en plus de maisons, de plus en plus de copropriétés, et surtout, de plus en plus de bouchons de circulation.

« L'A-15, depuis neuf ans, ça a doublé, le trafic », remarque Valérie Chartrand.

Une autoroute déjà saturée à l'heure de pointe

Selon un rapport du ministère des Transports du Québec (MTQ), il devrait s'ajouter, d'ici 10 ans, environ 2000 véhicules à l'heure sur l’autoroute 15, seulement dans le secteur de Mirabel.

Si rien n'est fait d'ici 2026, même les routes secondaires seront congestionnées. Et c'est déjà commencé.

« Ça peut être un bon 25 minutes pour arriver à la maison », estime Marie-Claude Pagé qui, une fois sortie de l’autoroute 15, se bute souvent à une longue file d'attente.

« C'est des voies de campagne, ça fait vraiment long à attendre », dit-elle.

Dans le secteur de Mirabel, le transport en commun n'est pas une option, selon Mme Pagé.

« Au niveau des autobus de la ville, je pense qu'il y en a un, dit-elle. Mais moi, je ne l'ai jamais vu passer. Ça vous prouve quand même que c'est pratiquement inexistant. »

Un enjeu électoral

Les trois candidats à la mairie de Mirabel proposent des solutions pour remédier à la situation des bouchons de circulation dans le secteur.

Selon le candidat René Plouffe, du parti Renouveau Mirabel, il faut repenser certaines intersections

« Il va y avoir des rampes le matin, ça va sortir sur deux voies, puis le soir on va les déplacer. »

Le candidat à la mairie de Mirabel, René Plouffe, de Renouveau MirabelLe candidat à la mairie de Mirabel, René Plouffe, de Renouveau Mirabel Photo : Radio-Canada

Le candidat Pierre-Paul Meloche, du parti Mouvement citoyen Mirabel, veut aussi améliorer les carrefours.

« Nous, il y a des choses que l'on veut regarder : des carrefours giratoires. »

Le candidat à la mairie de Mirabel, Pierre-Paul Meloche, de Mouvement citoyen MirabelLe candidat à la mairie de Mirabel, Pierre-Paul Meloche, de Mouvement citoyen Mirabel Photo : Radio-Canada

Le problème, selon le maire sortant Jean Bouchard, c'est que les routes secondaires les plus problématiques appartiennent au ministère des Transports du Québec (MTQ).

Même si la Ville acceptait de payer pour refaire les carrefours, il faudrait obtenir le feu vert de Québec.

« C'est très difficile d'en arriver à des ententes avec le ministère des Transports », indique Jean Bouchard, qui se représente à la mairie avec Action Mirabel Équipe Bouchard.

Comme solution, les trois aspirants maires croient néanmoins pouvoir convaincre Québec de prolonger l’autoroute 13 de la 640 jusqu'à la 50.

« Il est temps que le ministère des Transports injecte des sommes importantes ici pour répondre aux problèmes de congestion », estime Jean Bouchard.

Le maire sortant de Mirabel, Jean BouchardLe maire sortant de Mirabel, Jean Bouchard Photo : Radio-Canada

« On parle aussi de l'autoroute 13 dans notre programme électoral, mais l’autoroute 13, encore une fois, c’est de l'asphalte qu’on va faire. Est-ce que ce sera suffisant à long terme? » demande Pierre-Paul Meloche.

Augmenter le transport en commun

Les trois candidats à la mairie de Mirabel promettent plus de trains et d'autobus.

Mais même en doublant le transport en commun existant, on ne règle que 25 % du problème, selon le rapport du MTQ.

Malgré la congestion, les trois aspirants demeurent favorables au développement résidentiel.

René Plouffe veut même abolir les droits de mutation immobilière, communément appelés « taxe de bienvenue », pour stimuler la construction.

« La taxe de bienvenue, je veux abolir ça pour deux ans. Ça va donner une chance aux contracteurs et les agents d'immeuble vont être super contents. »

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Le 5 novembre prochain, les citoyens pourront déterminer, grâce à leur vote, quel candidat pourra faire bouger le ministère des Transports du Québec.

D’après le reportage de Vincent Maisonneuve

Grand Montréal

Politique municipale