•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’œil humain mieux compris

Chargement de l’image

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est l’une des causes les plus répandues de déficience visuelle après l’âge de 60 ans.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un déchet métabolique produit par la rétine se transforme pour alimenter une autre région de l'œil, et cette conversion est nécessaire à la bonne vision, ont découvert des biochimistes américains.

Le chercheur James Hurley et ses collègues de l’Université de Washington, à Seattle, ont montré que ce résidu des bâtonnets et des cônes de la rétine, essentiellement du glucose, est converti en lactate, puis renvoyé vers l'épithélium pigmentaire de la rétine (EPR).

Selon les chercheurs, sans cette conversion, l’EPR utiliserait le glucose présent dans la rétine, ce qui se traduirait par la mort de cellules rétiniennes et une perte de la vision.

Cette découverte explique en partie pourquoi la vue se détériore avec l'âge, notamment en raison de la dégénérescence maculaire et du diabète.

La rétine est une fine membrane de cellules photoréceptrices hautement spécialisées, qui réagissent aux signaux lumineux. Elle est responsable de capter la lumière et de transmettre les informations visuelles au système nerveux central.

De la rétine à l'EPR

« C’est pratiquement un concept révolutionnaire », affirme le spécialiste de la rétine Stephen Tsang, de l’Université Columbia, qui n’a pas participé à ces travaux. Selon cet expert, l’existence d’une étroite collaboration entre ces deux parties de l’oeil représente une percée dans la compréhension de l’organe.

De précédentes études donnaient à penser que l’EPR transportait du glucose sanguin vers la rétine, mais on ne comprenait pas pourquoi cette couche de cellule ne gardait pas tout le glucose pour elle-même pour bien remplir ses fonctions.

Afin d’en arriver à suivre la « route du sucre et du lactate », les chercheurs ont recréé des EPR humains en laboratoire et ont aussi étudié des rétines de souris.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue eLife (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !