•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • 10 ans de reconnaissance de l’UNESCO pour la baie de Fundy

    Le National, 19 octobre 2007
    Radio-Canada

    En 2007, la baie de Fundy était désignée « réserve de la biosphère » par l'UNESCO. Une première pour le Nouveau-Brunswick, qui devenait ainsi la 15e réserve canadienne à obtenir ce titre prestigieux. Pour le 150e anniversaire du Canada, nous vous offrons de découvrir en archives ce site incontournable de l'Acadie.

    Au bulletin de nouvelles Le National du 19 octobre 2007, le journaliste Nicolas Steinbach décrit les richesses naturelles de ce territoire de 432 000 hectares. La baie de Fundy, en forme d’entonnoir, génère les plus hautes marées au monde. Deux fois par jour, elles se jettent sur les côtes du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Ces marées grugent les rochers et les falaises, dont celles de la région de Joggins qui recèlent des trésors fossilisés.

    Le journaliste explique que la région bénéficiera énormément de cette désignation de l’UNESCO. Le parc national de Fundy devient ainsi le cœur de la biosphère. On souhaite créer de nouveaux réseaux de recherche, notamment sur la protection des réserves de saumons, et y développer l’écotourisme.

    Renommée internationale pour le mascaret de la Petitcodiac

    Les projets de conservation et de développement durable auront des retombées touristiques dans toute la province. C’est le cas par exemple à Moncton, où en 2010 un projet de réaménagement de la rivière Petitcodiac a permis de redonner toute sa vigueur au mascaret. Cette vague qui apporte la marée haute de la baie de Fundy jusqu’à la rivière Petitcodiac jouit désormais d’une notoriété internationale.

    Cet assemblage de deux reportages diffusés au Téléjournal les 22 et 23 juillet 2013 témoigne de cette réputation dans le milieu du surf. La journaliste Michèle Brideau y suit un touriste français qui a fait le voyage essentiellement pour surfer sur le mascaret de la rivière Petitcodiac. Des surfeurs californiens sont aussi présents. Selon l’amplitude du mascaret, la vague peut atteindre 1 mètre de hauteur et déferler jusqu’à 13 km à l’heure.

    Surfer sur le mascaret est donc un sport extrême qui rejoint quelques initiés à travers le monde. Et c’est là l’un des nombreux attraits qui attirent les touristes vers la baie de Fundy année après année.

    Encore plus de nos archives 

    Archives

    Nouveau-Brunswick