•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : Contrecoeur attend son boom économique

Face au fleuve St-Laurent, à Contrecoeur.
Contrecoeur prévoit un développement économique important dans les prochaines années. Photo: Radio-Canada / Dominic Brassard
Radio-Canada

L'agrandissement prévu du port de Montréal à Contrecoeur crée bien des attentes dans cette ville de 7000 habitants située en Montérégie. Ce projet de 750 millions de dollars pourrait créer 5000 emplois durant les travaux, puis 1000 emplois permanents par la suite. En plus du port, un pôle logistique et un vaste projet commercial appelé Cité 3000 verront le jour dans les prochaines années. Ce développement économique majeur teinte l'actuelle campagne électorale.

Un texte de Dominic Brassard

« Avec tout ce qui s'en vient à Contrecoeur, c'est de loin le plus gros projet depuis la baie James et le stade olympique », décrit l'ambitieux promoteur immobilier, Yves Samuel.

Car Contrecoeur voit grand. Si l'Agence canadienne d'évaluation environnementale donne son autorisation au projet du port de Montréal, la construction d'un terminal à conteneurs pourrait commencer dans deux ans sur de vastes terrains situés en bordure du fleuve Saint-Laurent.

« La capacité serait de 1,15 million de conteneurs », précise la vice-présidente aux affaires publiques au port de Montréal, Sophie Roux. « Pour avoir une idée comparative, sur l'île de Montréal, la capacité maximale qu'on aura à court terme est de 2,1 millions de conteneurs de manutention par année­. »

En plus du port, un pôle logistique serait aussi construit dans le cadre de la Stratégie maritime du Québec.

Un port, c'est un aimant pour l'industrie et pour l'économie. La venue d'un nouveau terminal à conteneurs entraînera certainement la présence d'entreprises, d'industries qui voudront s'installer à proximité.

Sophie Roux, vice-présidente aux affaires publiques au port de Montréal

Cité 3000

Et ce phénomène semble déjà amorcé. Le président du consortium immobilier Grilli Samuel, Yves Samuel, et le Fonds immobilier de solidarité FTQ ont déjà commencé à développer des secteurs commerciaux et industriels dans la ville.

Yves Samuel sur les terrains du futur quartier Cité 3000.Le président du consortium immobilier Grilli Samuel, Yves Samuel, et le Fonds de solidarité de la FTQ envisagent la construction de quartiers commerciaux d'envergure à Contrecoeur. Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

En bordure de l'autoroute 30, un vaste terrain défriché se prépare à accueillir la Cité 3000, un projet commercial de deux millions de pieds carrés où seront notamment construits une quincaillerie, des restaurants et une station-service. Yves Samuel prévoit aussi la construction d'un hôtel « de 5-6 étages, de 120-140 chambres, pour les travailleurs », afin de répondre à la demande d'hébergement lorsque les travaux seront amorcés au port.

Selon Yves Samuel, il est clair que « les citoyens [de Contrecoeur] veulent du développement ».

Élections

C'est dans ce contexte d'effervescence économique que se déroule l'actuelle campagne électorale.

Trois candidats se font la lutte pour le poste de maire et ils appuient les différents projets économiques à venir.

Conseillère municipale durant huit ans, la candidate à la mairie Maud Allaire croit que ce développement économique doit s'accompagner d'une modernisation des infrastructures routières en Montérégie. Elle souhaite notamment la construction d'un viaduc à la hauteur du port pour éviter que le chemin de fer ne bloque la circulation.

Maud Allaire, candidate à la mairie de Contrecoeur.La candidate à la mairie de Contrecoeur Maud Allaire propose de diversifier l'offre récréotouristique et d'améliorer l'accès aux berges. Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Si elle est élue, elle promet aussi d'améliorer l'offre récréotouristique. Selon elle, la présence éventuelle de grands employeurs pourrait bien faire augmenter le nombre de touristes à Contrecoeur.

Elle souhaite faciliter l'accès aux berges, et miser sur les forces de la ville : « Nous avons quand même deux marinas importantes qui peuvent apporter du tourisme et nous avons des réserves fauniques où des gens font déjà du kayak, du canot ou de la pêche », dit-elle.

Son adversaire, la candidate Joëlle Bissonnette, propose pour sa part de revitaliser les rues principales de la ville pour ainsi favoriser le commerce de proximité.

Joëlle Bissonnette, candidate à la mairie de Contrecoeur.La candidate à la mairie de Contrecoeur Joëlle Bissonnette souhaite maintenir et densifier le couvert forestier de la ville. Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Par ailleurs, Mme Bissonnette souhaite préserver et densifier les zones boisées, qui jouent actuellement un rôle d'écran « entre la ville résidentielle et la zone industrialo-portuaire ». Pour elle, la Ville doit « garder ces zones tampons boisées pour contrer la pollution atmosphérique, sonore et visuelle ».

Ancien conseiller municipal, Ronald Leclaire est le troisième candidat à la mairie. Il s'engage lui aussi à revitaliser le centre-ville, en prévision des grands développements économiques à venir:

« Je pense qu'il y a du travail à faire dans ce secteur-là pour attirer les gens des nouveaux quartiers ». Selon lui, la Ville doit « amener [les citoyens] à l'ancien centre-ville ».

Ronald Leclaire, candidat à la mairie de Contrecoeur.Le candidat à la mairie de Contrecoeur, Ronald Leclaire, croit que le développement économique à venir de la ville permettra d'améliorer les services aux citoyens. Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Ronald Leclaire prévoit par ailleurs améliorer les services aux citoyens dans les parcs, de même qu'au centre multifonctionnel de la Ville.

Les trois candidats ont de grandes ambitions pour Contrecoeur, tout comme les citoyens qui espèrent que la manne économique promise sera bel et bien au rendez-vous.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Politique municipale

Politique