•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès surprise pour le Festival Zéro déchet de Montréal

Sarah Milon, conseillère en Aromathérapie scientifique chez Noblessence

Sarah Milon, conseillère en Aromathérapie scientifique chez Noblessence, une entreprise qui propose des recettes pour faire soi-même divers produits d'hygiène personnelle.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Radio-Canada

La première édition du Festival Zéro déchet de Montréal a connu un succès inattendu, cette fin de semaine, au Marché Bonsecours. Plus de 6700 personnes ont participé à l'événement, plus du double de ce qui avait été prévu.

Un texte de Fannie Bussières-McNicoll

Selon les organisateurs, la popularité de l'événement – le premier du genre en Amérique du Nord – trahit l'intérêt grandissant des Québécois pour un mode de vie plus écoresponsable et une manière de consommer qui entraîne moins de gaspillage.

Les organisateurs avaient prévu 20 conférences et 25 ateliers pratiques pour sensibiliser les participants aux pratiques zéro déchet et leur donner des trucs pour éviter le gaspillage alimentaire, recycler et réutiliser davantage. L’objectif des membres fondateurs de ce festival était de faire découvrir le mode de vie zéro déchet.

Cynthia Bouchard-Gosselin, membre du comité organisateur du Festival Zéro déchet de MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cynthia Bouchard-Gosselin, membre du comité organisateur du Festival Zéro déchet de Montréal

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

La devise du festival est "inspirer, outiller, agir". Inspirer par le biais de conférences et d’ateliers pratiques. Outiller en visitant la foire aux exposants. Et puis agir à la maison pour s’engager dans une démarche de réduction des déchets.

Cynthia Bouchard-Gosselin, membres du comité organisateur du Festival zéro déchet

Dans la section foire du festival, 55 exposants présentaient leurs initiatives zéro déchet. Certains proposaient des cours pour apprendre à fabriquer soi-même du savon, du dentifrice ou encore de la crème hydratante. D’autres proposaient des couches et des lingettes lavables, des bouteilles ou d'autres contenants réutilisables ou encore des vêtements recyclés.

Plusieurs épiceries et groupes d’achat zéro déchet étaient aussi présents. Parmi ceux-ci, figure le groupe d’achat NousRire, qui propose à ses membres d’acheter leurs aliments en vrac en apportant leurs pots de verre ou autres contenants pour contrer le suremballage de la nourriture.

Selon son cofondateur, Adam Taschereau, le mouvement zéro déchet est en plein essor.

C’est extraordinaire! Il y a plein d’épiceries biologiques en vrac qui ouvrent un peu partout au Québec. On sent une grande réceptivité et une grande curiosité des gens envers le mode de vie zéro déchet.

Adam Taschereau, cofondateur du groupe d'achat NousRire

Marie Gaucher, la coordonnatrice de La Transformerie, explique pour sa part comment son entreprise s’inscrit dans le mouvement zéro déchet en luttant contre le gaspillage alimentaire : « On récupère des fruits et légumes invendus chez les petits commerces en alimentation et les épiceries avant de les transformer en différentes recettes de tartinades salées et sucrées. »

Le mouvement zéro déchet interpelle de plus en plus de Québécois parce qu'il propose des actions simples et positives, selon Cynthia Bouchard Gosselin : « On apporte des solutions au lieu de parler des problèmes par rapport aux changements climatiques par exemple. Les gens viennent ici et repartent avec les outils qui leur conviennent. »

Charlotte, à droite, a visité le Festival Zéro déchet de Montréal avec sa soeur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Charlotte, à droite, a visité le Festival Zéro déchet de Montréal avec sa soeur.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Je trouve important qu'on diminue nos déchets pour la planète. C'est une réalité qu'on ne peut pas cacher. Si chacun commence à faire ses petites affaires, tranquillement, on va peut-être en arriver à une solution prometteuse.

Charlotte, participante du Festival zéro déchet de Montréal

Les organisateurs du premier Festival zéro déchet espèrent que le festival servira de tremplin pour propulser de nouvelles initiatives écoresponsables au Québec.

Grand Montréal

Consommation