•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Woody Allen est « triste » pour Harvey Weinstein

Woody Allen et Harvey Weinstein à la première du film «Vicky Cristina Barcelona» en 2008 à Los Angeles

Woody Allen et Harvey Weinstein à la première du film « Vicky Cristina Barcelona » en 2008, à Los Angeles

Photo : Reuters / Fred Prouser

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le réalisateur Woody Allen s'est dit « triste » pour le producteur Harvey Weinstein et a jugé « tragique » la situation des femmes qui auraient été ses victimes.

« Toute l'affaire Harvey Weinstein est très triste pour tout le monde », a déclaré le réalisateur américain dans une entrevue à la BBC.

« C'est tragique pour les pauvres femmes qui se sont retrouvées impliquées, triste pour Harvey, dont la vie est tellement bouleversée », a-t-il ajouté.

L'affaire Weinstein souffle sur les braises des accusations dont se défend lui-même le réalisateur.

Woody Allen a été accusé d'avoir agressé sexuellement sa fille adoptive Dylan Farrow dans les années 1990. Il était alors en pleines procédures de divorce avec l'actrice Mia Farrow.

Un juge et les services sociaux avaient décrété que les accusations n'étaient pas concluantes. Mais Dylan Farrow a réitéré ses accusations dans une lettre au New York Times plusieurs années plus tard, en 2015.

Le réalisateur a toujours nié ces allégations.

L'an dernier, le fils du cinéaste et journaliste Ronan Farrow a dénoncé le silence des médias sur le passé de son père.

Ronan Farrow est d'ailleurs l'auteur d'un des articles parus dans le New Yorker, qui ont révélé l'affaire Weinstein.

Harvey Weinstein et Woody Allen ont travaillé ensemble, mais le réalisateur a assuré ne pas avoir été au courant des comportements qui sont reprochés au producteur.

Woody Allen espère que l'affaire Weinstein permettra des « améliorations », mais redoute une « ambiance de chasse aux sorcières ».

« Si chaque homme qui fait un clin d'œil dans son bureau à une femme doit soudain appeler un avocat pour le défendre, ce n'est pas bon non plus », a-t-il dit.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !