•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des poupées pour commémorer l'histoire des francophones au Yukon

Deux poupées côte à côte

La poupée de Léo Martel, propriétaire de nos jours d'un hôtel à Keno, est photographiée aux côtés de la poupée d'Emma Fontaine, alias Soeur Marie Zénon, directrice de l'hôpital de Dawson en 1900.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première exposition du projet De fil en histoires (Nouvelle fenêtre) propose en fin de semaine, à Haines Junction, de voir des poupées de personnages francophones qui ont marqué l'histoire du Yukon.

Plus de 20 poupées ont été confectionnées par des participants aux ateliers menés par l'artiste Cécile Girard, connue pour la fabrication de ces objets.

« J'étais emballée tout le long du projet », a-t-elle affirmé en parlant des discussions qui ont été tenues pendant les ateliers sur l'histoire du Yukon.

« Nous avons eu des gens de tous les âges, autant des personnes dans la vingtaine que des personnes de plus de 70 ans, ce qui a donné une saveur et une atmosphère vraiment particulière dans tous les ateliers. Ça a donné de belles occasions de partage. »

— Une citation de  Cécile Girard, artiste et mentore du projet De fil en histoires

L'exposition présente autant de personnages féminins que masculins, mais Cécile Girard note qu'il était plus difficile de trouver des informations historiques sur les femmes en raison, dit-elle, des habitudes d'archivage; car historiquement, on gardait davantage d'informations sur les hommes.

Le projet s'insère dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération canadienne. L'exposition sera également présentée à Dawson le 26 octobre et à Whitehorse le 10 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !