•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le collectif des parents inquiets et préoccupés s'invite dans la course à la présidence de l'ACF

Le porte-parole du CPIP, Jean de Dieu Ndayahundwa, dans le public  pose une question lors du débat pour la présidence de l'ACF aux côtés de la journaliste Audrey Paris.

Le porte-parole du CPIP, Jean de Dieu Ndayahundwa, interpelle les deux candidats à la présidence de l'ACF.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP) a profité du débat pour la présidence de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) pour s'assurer que le prochain président appuiera son recours judiciaire qui sera déposé d'ici le 1er novembre.

« Quelle importance accorderez-vous à notre recours judiciaire? »

— Une citation de  Jean de Dieu Ndayahundwa, porte-parole du CPIP

Interpelés à ce sujet lors du débat pour la présidence de l’ACF qui s'est tenu le 12 octobre, les deux candidats ont tous les deux assuré que la crise des infrastructures scolaires fransaskoises était une de leurs priorités.

Roger Gauthier a toutefois mis en garde contre les éventuelles conséquences d’un recours judiciaire.

« C’est un processus à longue échéance. C’est dispendieux et ça prend du temps. »

— Une citation de  Roger Gauthier, candidat à la présidence de l'ACF

Roger Gauthier craint aussi que le recours judiciaire détériore les relations de l'ACF avec la province.

Roger Gauthier et Denis Simard derrière leur podium lors du débat des candidats à la présidence de l'ACF présenté à la Maison de Radio-Canada à Regina.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roger Gauthier et Denis Simard, candidats à la présidence de l'Assemblée communautaire fransaskoise

Photo : Radio-Canada

De son côté, s’il est élu, Denis Simard s’est dit prêt à appuyer le recours judiciaire, mais seulement si la communauté entière se range derrière cette décision.

« Le Conseil scolaire fransaskois aura certainement son mot à dire. L’ACF se rangera derrière sa position. »

— Une citation de  Denis Simard, candidat à la présidence de l'ACF

Les deux rivaux ont affirmé qu’ils ne fermeront pas la porte aux négociations avec la province.

Un manque de moyens

Le recours judiciaire du CPIP ne concernera que le manque d'espace à l'École Monseigneur de Laval de Regina.

Si l'ACF a appuyé le recours, le porte-parole du CPIP, Jean de Dieu Ndayahundwa, affirme qu'il n'est pas parvenu à rassembler tous les organismes scolaires de la province.

Il dit manquer de moyens pour les inclure dans son recours judiciaire.

Le Conseil scolaire fransaskois n'a pas souhaité commenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !