•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse à l’orignal : les centres de débitage débordent

Des carcasses suspendues dans une chambre froide
Des carcasses d'orignaux au Centre de découpe Bruno Tremblay Photo: Radio-Canada

La chasse à l'orignal s'est terminée vendredi en fin de journée. La saison dépasse toutes les attentes alors que plusieurs zones d'exploitation contrôlées (zecs) enregistrent des records d'orignaux tués. Dans les centres de débitage, la demande est si forte qu'il faut parfois refuser des clients.

Cette année, les chasseurs pouvaient abattre les mâles, les femelles et les veaux. La chasse a débuté le 23 septembre et quatre jours plus tard, il y avait déjà 82 carcasses dans la chambre froide du Centre de coupe Bruno Tremblay.

Lorsqu’une bête est abattue, il faut faire vite. La carcasse doit être refroidie le plus rapidement possible pour ensuite être mûrie en vue d’obtenir une viande tendre et savoureuse.

Faute de place dans les centres de débitage, certains chasseurs suspendent les animaux abattus dans des lieux inappropriés et perdent ainsi leur précieuse viande.

« Quand elle est gardée à 12 degrés, bien c'est […] trop chaud parce que la viande doit être à 4 degrés. Donc si c'est trois fois trop chaud, ça mûrit trois fois plus vite et en plus ça mûrit mal, parce que l'humidité reste dedans », explique Bruno Tremblay, le propriétaire du centre de découpe du même nom.

Selon un décompte préliminaire, près de 1300 bêtes ont été abattues dans les zecs du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les résultats officiels seront dévoilés en novembre par le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs.

D'après le reportage de Jessica Blackburn

Saguenay–Lac-St-Jean

Chasse et pêche