•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada et le Mexique « plus connectés que jamais », dit Trudeau

Chargement de l’image

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a prononcé un discours vendredi devant le Sénat mexicain.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au terme de sa première visite officielle au Mexique, le premier ministre Justin Trudeau a insisté sur l'importance de resserrer les liens économiques qui unissent les deux pays. Devant le Sénat mexicain, vendredi, il a martelé son message concernant la modernisation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) dans l'intérêt des trois partenaires.

« Il ne peut pas y avoir d'Amérique du Nord forte sans un Mexique fort, un Canada fort et des États-Unis forts. Nous sommes des partenaires - nous tous. Et même face à l'imprévisibilité et au changement, nous devons nous en souvenir. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Justin Trudeau a donné l’exemple du Canada et du Mexique qui sont « plus connectés que jamais ».

« Nous avons récemment levé l’obligation de visa pour les citoyens du Mexique afin de démontrer au reste du monde que le Mexique et le Canada sont des partenaires naturels, a-t-il mentionné. Et les voyages au Canada en provenance du Mexique ont par conséquent augmenté de façon considérable. On ajoute régulièrement des vols qui relient nos plus grandes villes. »

À la suite de rencontres entre Justin Trudeau et le président mexicain Enrique Peña Nieto, les deux dirigeants ont promis de demeurer à la table des négociations de l'ALENA, malgré la ligne dure adoptée par les États-Unis.

Mais les rapports chaleureux et les démonstrations d’amitié ne semblent pas être suffisants pour parvenir à dissiper les incertitudes entourant les renégociations de l’ALENA.

Les défis du quatrième cycle de pourparlers

Le quatrième cycle de pourparlers, qui se déroule présentement à Arlington, en banlieue de Washington, pourrait être plus difficile que les trois premiers.

Mercredi soir, les négociateurs américains ont déposé une clause de résiliation qui viendrait mettre fin à l'accord au bout de cinq ans si les trois pays ne le renouvelaient pas.

Et vendredi, les États-Unis ont présenté leurs demandes en ce qui concerne le secteur de l’automobile.

L’administration Trump veut augmenter la quantité de pièces d'automobiles fabriquées aux États-Unis dans les véhicules qui peuvent être vendus sans tarif en vertu de l’ALENA.

Malgré tout, le premier ministre a rappelé qu’il n’avait pas l’intention de quitter la table des négociations.

« Nous devons prioriser les politiques économiques qui, quotidiennement, viennent en aide aux citoyens, que ce soit en offrant une baisse d’impôts aux gens de la classe moyenne, ou en leur donnant plus d’argent pour élever leurs enfants. Cela signifie aussi que tous les accords commerciaux futurs devraient être progressistes. »

Redoubler d'efforts en matière d'égalité homme-femme

Dans son discours au Sénat mexicain, Justin Trudeau a aussi déclaré que des normes du travail progressistes et de plus grands efforts pour faire progresser les droits des femmes sont essentiels pour assurer un appui populaire à la modernisation de l'ALENA.

Le premier ministre canadien a exhorté les élus à s'attaquer à ces deux enjeux pour lutter contre les tendances mondiales actuelles.

« L'isolationnisme s'installe dans trop de coins du monde, mais nos peuples ne doivent pas céder à la peur. Nous, en tant que dirigeants, ne devons pas céder à la peur », a déclaré M. Trudeau.

« Notre défi consiste à faire en sorte que tout le monde profite de la croissance économique et nous le faisons en poursuivant une vision ambitieuse et progressiste de ce à quoi l'avenir peut – et devrait – ressembler. »

Justin Trudeau a déclaré qu'il appréciait l'appui du Mexique à l'idée d'ajouter un chapitre sur l'égalité des sexes à un ALENA renégocié. Il a toutefois rencontré des responsables de la société civile pendant son séjour et a entendu des histoires sur le traitement inacceptable des femmes et des filles.

« La violence contre les femmes et les filles est répandue dans tous les aspects de la vie, des studios d'Hollywood aux places publiques numériques, dans nos parlements », a-t-il déclaré.

« En tant que Sénat où il y a autant d'hommes que de femmes, je vous mets au défi d'utiliser votre poste et votre pouvoir pour faire valoir fermement les droits des femmes et des filles au Mexique et dans le monde entier », a-t-il dit, tout en invitant les spectateurs présents dans la Chambre à faire de même.

M. Trudeau a reçu une ovation à la suite de ses propos.

Avec les informations de Madeleine Blais-Morin

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !