•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chauves-souris recherchent familles d’accueil

Bébé chauve-souris sur un doigt
Un bébé chauve-souris Photo: getty images/istockphoto / eZeePics Studio
Radio-Canada

La Fédération canadienne de la faune lance un projet pilote visant à sensibiliser le public sur l'importance des chauves-souris. Les citoyens sont invités à installer des abris pour les petites bêtes volantes dont certaines espèces sont menacées d'extinction.

Un texte de Christelle D'Amours pour Les malins

À écouter : L'entrevue du spécialiste James Pagé à l'émission Les malins

La Fédération canadienne de la faune est à la recherche de citoyens propriétaires de maisons dans la région d’Ottawa qui accepteront d’héberger des chauves-souris.

Un homme avec une chemise arborant le logo de la Fondation canadienne de la faune est en entrevue avec l'animatrice Jhade Montpetit. James Pagé, spécialiste des espèces en péril et de la biodiversité à la Fédération canadienne de la faune en entrevue avec Jhade Montpetit Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Le projet financé par le Ministère des Richesses naturelles et des Forêts vise à installer 50 abris pour ces animaux nocturnes. Dans la prochaine année, la Fédération canadienne de la faune souhaite :

  • Fournir un habitat aux colonies de chauves-souris
  • Mesurer l’utilisation des abris par les différentes espèces
  • Vérifier l’utilité des abris et revoir leur confection au besoin

Pour différencier les espèces de chauves-souris, les spécialistes utilisent un spectrogramme qui mesure les fréquences du son. Les ultrasons émis par les chauves-souris peuvent être distingués, car chaque espèce utilise une fréquence différente.

Même sans participer au programme de la La Fédération canadienne de la faune, les citoyens peuvent contribuer à la préservation de l’espèce en achetant un abri (Nouvelle fenêtre) ou en le fabriquant eux-mêmes.

James Pagé, spécialiste des espèces en péril et de la biodiversité à la Fédération canadienne de la faune, offre quelques trucs pour attirer les chauves-souris dans les abris artisanaux :

  1. Doter la boîte de nervures permettant aux chauves-souris de s’agripper pour entrer
  2. Laisser le bas ouvert pour faciliter l’entrée des animaux, mais aussi pour évacuer les excréments (un engrais très efficace d’ailleurs!)
  3. Installer la boîte face au sud pour maximiser l’ensoleillement durant la journée
  4. Fixer l’abri préférablement sur la maison, ou encore sur un poteau. Mieux vaut éviter d’installer la boîte dans un arbre, car les chauves-souris auront plus de difficulté à la trouver ou à voler à travers les branches pour y entrer.
  5. Installer l’abri à une hauteur variant entre 3,5 et 5 mètres, l’altitude à laquelle volent les chauves-souris.

Un projet pour protéger les espèces en danger d’extinction

Chaque année, des millions de chauves-souris meurent infectées du syndrome du museau blanc, une infection fongique qui se répand beaucoup durant la période d’hibernation.

« Ce champignon se transmet d’une chauve-souris à l’autre. Quand toutes retournent au même endroit pour hiberner, elles se partagent le champignon. Ça infecte toutes les espèces dans la caverne », explique James Pagé.

D’autres facteurs comme les pesticides, les insecticides et l’extermination contribuent à la diminution inquiétante des colonies. Il faut aussi savoir que les femelles ne donnent naissance qu’à un bébé ou parfois deux selon l’espèce, ce qui ne favorise pas la reproduction de l’espèce.

Au Canada, trois espèces de chauves-souris sont particulièrement en danger d’extinction. La plus commune est la petite chauve-souris brune, une espèce particulièrement affectée par le syndrome du museau blanc.

Un homme juché sur une échelle installe une boîte noire sur un poteauL'abri à les chauves-souris est fixé au poteau grâce à deux morceaux de bois coupés en biseau sur lesquels s'emboîtent deux autres morceaux installés à l'arrière de la boîte. Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

James Pagé explique que les objectifs du programme visent non seulement à fournir un habitat aux animaux, mais ils misent aussi sur la sensibilisation du public. « On veut les garder autour de nous et on a le pouvoir de changer [les choses] », dit-il.

Travailler avec les compagnies de contrôle de la faune, ça va changer l’idée que les chauves-souris sont des pestes.

James Pagé, spécialiste des espèces en péril et de la biodiversité à la Fédération canadienne de la faune

La Fédération canadienne de la faune travaille également avec les compagnies de contrôle de la faune afin d’observer les meilleures pratiques en matière d’extraction et de transfert des chauves-souris dans un autre lieu.

Ce qu’il faut savoir sur les chauves-souris

On peut associer quelques mythes et légendes à cette espèce animale. James Pagé s’explique cette connotation négative associée aux chauves-souris par un manque de sensibilisation et d’information.

D’abord, le spécialiste explique que les chauves-souris ne sont pas plus touchées par la rage que d’autres animaux comme les écureuils ou encore les souris.

« On pense que les chauves-souris sont aveugles, mais elles voient très bien », affirme également notre interlocuteur.

Les gens ont peur parfois des choses qu’ils ne connaissent pas. Ce ne sont pas [des animaux] que l’on voit souvent dans le jour.

James Pagé, spécialiste des espèces en péril et de la biodiversité à la Fédération canadienne de la faune

Il souhaite démentir les histoires selon lesquelles ces animaux ailés cherchent à s’accrocher à nos cheveux. En utilisant l’écholocalisation, elles essaient d’attraper les insectes qui gravitent autour des humains pour les piquer, mais ne chercheront pas à s’agripper à eux.

Aussi, M. Pagé soutient « que les souris mangent les fils électriques, mais les chauves-souris ne font pas ça ». Fait intéressant : « en génétique, elles sont plus près des humains que des souris! », dit-il.

Un boîte noire est installée sur un poteau de bois entouré d'arbres.Un abri à chauve-souris installé sur un poteau Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Le spécialiste souligne que le travail de sensibilisation auprès du public vise aussi à valoriser les impacts positifs de ces animaux. Entre autres, il rappelle que les chauves-souris se nourrissent d’insectes comme les moustiques.

Elles exercent également un contrôle naturel dans le domaine agricole en mangeant des insectes qui s’attaquent aux récoltes.

James Pagé affirme que si l’on calculait l’économie sur les pesticides et la valeur des récoltes agricoles épargnées grâce à la contribution des chauves-souris qui se nourrissent d’insectes, le résultat se chiffrerait en millions de dollars.

« Chaque chauve-souris compte! » conclut-il.

Ottawa-Gatineau

Animaux