•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elle doit accoucher d'urgence de jumeaux, mais le pont de Shippagan est fermé

Des élus et des gens d'affaires ont réclamé le remplacement du pont qui relie Shippagan à l'île de Lamèque, à cause de son mauvais état.

Des élus et des gens d'affaires ont réclamé le remplacement du pont qui relie Shippagan à l'île de Lamèque, à cause de son mauvais état.

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une jeune femme de Sainte-Marie-Saint-Raphaël, qui devait accoucher prématurément de jumeaux dans la nuit du 10 au 11 octobre, n'a pas pu se rendre rapidement à l'hôpital parce que le pont levant entre l'Île Lamèque et Shippagan était fermé en raison de travaux de réparation.

Un texte de René Landry

Debbie Mallet devait accoucher de jumeaux en décembre, mais dans la nuit du 10 au 11 octobre, tout a basculé. « Elle m'a téléphoné vers 12 h 55 pour aller la conduire à l'hôpital [à Miramichi] parce ses eaux avaient cassé », raconte le beau-père de la jeune mère, Jean-Claude Haché.

Or, lorsqu'il est arrivé au pont de Shippagan, il était fermé.

J'ai supplié les travailleurs d'ouvrir le pont parce que Debbie était à la veille d'accoucher dans mon camion. Ils ont discuté entre eux et l'un d'eux m'a dit que le pont était fermé à toute circulation. Ensuite, je me suis rendu à l'hôpital de Lamèque et j'ai composé le 911.

Une citation de : Jean-Claude Haché, beau-père de Debbie Mallet
Debbie Mallet se trouve à l'Hôpital de Moncton avec ses deux bébés, qui sont aux soins intensifs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Debbie Mallet se trouve à l'Hôpital de Moncton avec ses deux bébés, qui sont aux soins intensifs.

Photo : Gracieuseté Debbie Mallet

Par la suite, l'ambulance est venue chercher Debbie Mallet et l'a emmené et à Shippagan.

« On s'est rendus directement à l'Hôpital de Miramichi. On a perdu à peu près 40 minutes alors qu'on vivait une situation d'urgence », indique Jean-Claude Haché.

La mère de Debbie Mallet, Berthe Mazerolle, trouve cette situation inacceptable.

« Que ce soit Debbie, une personne âgée ou bien quelqu'un en détresse, ça ne passe pas », déplore Berthe Mazerolle. Elle s'inquiète que d'autres personnes soient en état d'urgence et ne peuvent accéder au pont.

Berthe Mazerolle trouve inacceptable que sa fille enceinte n'a pas pu franchir rapidement le pont de Shippagan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Berthe Mazerolle trouve inacceptable que sa fille enceinte n'ait pas pu franchir rapidement le pont de Shippagan.

Photo : Gracieuseté Berthe Mazerolle

Debbie Mallet et ses deux bébés sont à l'Hôpital de Moncton. Les jumeaux sont aux soins intensifs, mais dans un état stable, explique Berthe Mazerolle.

Les explications du ministre

Le ministre des Transports et des Infrastructures, Bill Fraser, assure qu'un contrat avec l'entreprise Atlantic Underground Services, établi à Riverview, qui fait les travaux de réparation sur le pont de Shippagan indique que le tablier mobile du pont doit immédiatement être abaissé pour permettre le passage des véhicules d'urgence.

« Quand le véhicule est arrivé, les travailleurs n'étaient pas conscients qu'il s'agissait d'une situation d'urgence, explique le ministre. Lorsque les personnes sont revenues avec l'ambulance, les travailleurs ont abaissé le tablier du pont » dit-il.

Bill Fraser près de la gare de MiramichiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre des Transports et des Infrastructures du Nouveau-Brunswick, Bill Fraser

Photo : Radio-Canada

Seulement, dans ce cas-ci, il s'agissait du camion de Jean-Claude Haché. Monsieur Haché assure qu'il a bien fait comprendre aux travailleurs qu'il s'agissait d'une situation d'urgence, et ce, dans les deux langues officielles.

Le ministre Fraser admet qu'il n'était pas au courant des démarches de l'homme auprès des travailleurs et qu'il va déclencher une enquête sur le sujet.

Bill Fraser souhaite que tout se passe bien pour la jeune mère et ses jumeaux. « C'est malheureux, dit-il. Mes pensées et mes prières accompagnent la famille. La sécurité des travailleurs et du public est très importante. »

Dès le début de la semaine prochaine, six autres nuits de travaux seront encore nécessaires pour mener à terme la réparation du pont de Shippagan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !