•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La faute à Ferrandez si « rien ne fonctionne » sur le Plateau, selon l'Équipe Coderre

Le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, et son candidat à la mairie d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Zach Macklovitch (droite), le vendredi 13 octobre 2017

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Radio-Canada

Le parti du maire sortant de Montréal, Denis Coderre, s'engage à améliorer les relations avec les commerçants du Plateau-Mont-Royal et des autres arrondissements dirigés par Projet Montréal, à qui il reproche notamment d'avoir laissé tomber les détaillants de la rue Saint-Denis.

Si elle reportée au pouvoir, l'Équipe Denis Coderre pour Montréal prévoit entre autres appliquer un taux de taxation plus bas pour les petits commerces de quartier, ce que permet la nouvelle loi sur le statut de métropole, adoptée la veille du déclenchement de la campagne électorale.

M. Coderre, qui faisait campagne dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal vendredi matin, s'en est pris directement au maire sortant, Luc Ferrandez.

« Il y a un effet, ici – appelons un chat, un chat – un effet Ferrandez, ici », a-t-il déclaré, ajoutant que les décisions du maire d'arrondissement sortant en ce qui a trait au sens des rues et au stationnement, par exemple, nuisait au développement du boulevard Saint-Joseph et de l'avenue Laurier.

Dans un communiqué transmis par son équipe, son candidat à la mairie du Plateau, Zach Macklovitch, va même plus loin, en affirmant que « rien ne fonctionne » et que « rien n’est fait pour encourager le commerce de proximité » dans l'arrondissement.

Regardez la rue Saint-Denis : aucune action de l’administration de Projet Montréal n’est venue régler les enjeux que vit cette importante artère commerciale pour qu’elle puisse retrouver son lustre d’antan.

Zach Macklovitch, candidat de l'Équipe Coderre à la mairie du Plateau-Mont-Royal

La réplique de Projet Montréal n'a pas tardé. Sur Twitter, l'attaché politique de Luc Ferrandez, Sébastien Parent-Durand, a tôt fait de rappeler que le taux d'inoccupation commerciale sur Laurier Est était « de 0 % » et que 16 nouveaux commerces avaient ouvert leurs portes sur l'avenue Mont-Royal ces derniers mois.

Il a également accusé le maire sortant d'avoir refait la rue Saint-Denis « à l'identique » et d'avoir « refusé aux commerçants un congé de taxes durant les travaux ». Denis Coderre a néanmoins fait valoir à plusieurs reprises depuis le début de la campagne que la loi sur le statut de métropole lui permet dorénavant de compenser les pertes financières de commerçants touchés par des travaux.

Le taux d'inoccupation des commerces sur la rue Saint-Denis est actuellement de 15 %, mais il avait atteint 27 % lors des travaux majeurs au printemps 2016, selon la directrice de la SDC Pignons rue Saint-Denis, Caroline Tessier, qui refuse catégoriquement de blâmer qui que ce soit. « On n'est pas inquiets du tout pour la suite des choses », a-t-elle affirmé, ajoutant que la SDC recevait « des appels tous les jours de gens qui cherchent qui cherchent à loueur de locaux ».

Sur l'avenue du Mont-Royal, où logent quelque 500 marchands, le taux d'inoccupation est beaucoup plus bas. Il se situe présentement à 6 %, alors qu'il dépassait 7,6 % en avril dernier, un sommet depuis 2010.

Interrogée en après-midi sur la sortie de Denis Coderre, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, a accusé son adversaire de mener une campagne négative, ce que le maire sortant reprochait lui-même à Mme Plante il y a quelques semaines.

« Je pense qu'on est en mode panique de l'autre côté et on cherche à tirer dans tous les sens. Les Montréalais ne veulent pas avoir une campagne négative, a-t-elle fait valoir. Ils veulent avoir des propositions, ils veulent un candidat à la mairie qui va être capable de les amener plus loin, de les amener plus fort, entre autres avec une vision. »

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, le vendredi 13 octobre 2017

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, le vendredi 13 octobre 2017

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Son attaché de presse, Marc-André Viau, a également souligné sur Twitter qu'en 2016, le taux d'inoccupation commerciale des Promenades Hochelaga-Maisonneuve était de 27,5 %. « On salue la plante verte à Réal Ménard », a-t-il ajouté, faisant référence au maire de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, qui se présente cette année avec l'Équipe Coderre.

Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec 

Grand Montréal

Politique municipale