•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première Nation de Heiltsuk : « On vit toujours avec les conséquences du déversement »

Des traces de diesel dans une mare entourée d'algues et de roches

En tout, 110 000 litres de diesel ont été déversés dans les eaux près de Bella Bella, en Colombie-Britannique, le 13 octobre 2016.

Photo : April Bencze/nation Heiltsuk

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a un an, le remorqueur Nathan E. Stewart coulait au large de Bella Bella, en Colombie-Britannique, déversant 110 000 litres de diesel dans les eaux du passage Seaforth, au coeur du territoire de la Première Nation de Heiltsuk. Un an plus tard, ses membres disent que leurs cultures de palourdes sont toujours contaminées.

Le remorqueur, propriété de l'entreprise américaine Kirby Corporation, a aussi répandu 2000 litres de lubrifiant, le 13 octobre 2016. Tous ces contaminants ont dérivé vers Gale Pass, un secteur riche en fruits de mer de toutes sortes et en nourriture de subsistance du peuple autochtone.

La Première Nation de Heiltsuk touche 150 000 $ en revenus annuels de sa pêche.

L'impact est dévastateur pour notre communauté.

Une citation de : Marilyn Slett, chef de la nation Heiltsuk

« Il y a toujours beaucoup de questions entourant la salubrité et la sécurité de la pêche ici », raconte la chef Marilyn Slett.

Le ministère des Pêches et des Océans du Canada a interdit la pêche dans le secteur à la suite du déversement, et les activités sont toujours suspendues.

Diesel dans l'eau

Kelly Brown, qui gère les ressources maritimes de la Première Nation, dit que la communauté analyse constamment l'état de l'eau en récupérant des échantillons.

« Il y a toujours du diesel dans l'eau, et nous ne pouvons pas pêcher dans les secteurs de Gale Creek et de Gale Pass », confirme M. Brown.

Il estime que l'opération d'évaluation de l'eau coûtera à sa communauté 500 000 $ et souhaite recevoir plus de soutien de la part du gouvernement et de l'entreprise américaine responsable du déversement.

« C'est nous qui devons vivre avec ça, se désole Kelly Brown. La pêche aux palourdes, c'est notre vie. »

Nous sommes touchés spirituellement, émotionnellement et physiquement.

Une citation de : Kelly Brown, gérante des ressources maritimes de la nation Heiltsuk

La Première Nation de Heiltsuk prépare une poursuite judiciaire pour compenser les dommages subis depuis le déversement.

Changements promis par Victoria

Le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique félicite la Première Nation d’avoir entrepris rapidement le nettoyage des eaux.

« Le propriétaire du remorqueur a volontairement accepté de participer à une analyse d'impact environnemental et nous formalisons cette collaboration », dit le Ministère par courriel.

Le gouvernement provincial apportera bientôt des changements à la loi qui permettront aux autorités d'avoir le droit formel d'exiger une évaluation d'impact de la part des responsables d'un déversement.

Les membres de la Première Nation de Heiltsuk souhaitent que l'incident de Bella Bella fasse comprendre aux Britanno-Colombiens que la province n'est pas prête à assurer la sécurité et n'a pas les ressources nécessaires alors que le trafic maritime dans les eaux de la côte sud-ouest s'apprête à être multiplié par sept.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !