•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Images choquantes : un prisonnier tué par un codétenu à l’insu des gardiens

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont arrêté un homme qui circulait à 208 km/h sur l'autoroute 50.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un juge vient de permettre la diffusion d'images qui montrent un détenu battre à mort son compagnon de cellule dans une prison ontarienne, il y a 4 ans, avant de traîner son corps dans les douches communes le lendemain du meurtre, sans qu'aucun gardien ne le remarque.

Les images proviennent d'une caméra de sécurité montée sur le mur de l'unité 6, l'un des nombreux espaces communs pour les détenus à l'intérieur du centre de détention d'Elgin-Middlesex de London.

Elles ont été prises le 31 octobre 2013, la nuit où Adam Kargus est mort sous les coups d'Anthony George.

On peut voir l'agresseur interagir physiquement avec la victime à six reprises. Kargus semble être pris au piège au moins quatre fois par George à la vue des gardiens et détenus

Des gardiens n'interviennent qu'une seule fois, alors que George tente d’étrangler Kargus.

Anthony George a été condamné à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans, le 6 octobre dernier, pour le meurtre de Adam Kargus, 29 ans, qui a été étouffé, frappé et piétiné.

Selon le juge qui présidait l’audience, dire que le meurtre « était brutal était un euphémisme ».

L'homme de 32 ans devait comparaître devant un jury, mais l'affaire et la plupart des éléments de preuve recueillis par les enquêteurs n'ont jamais été jugés parce que l'homme de la Première Nation de Kettle Point a plaidé coupable avant que ne commence son procès.

Les images de la vidéo, dont on présente un court extrait dans cet article, ont été rendues disponibles aux médias mercredi sur ordre du juge.

Image de caméra de surveillance dans une prison. Des détenus assistent à une agressionAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La vidéo montre Anthony George tenter d'étouffer Adam Kargus au moins quatre fois dans la salle commune. Un gardien intervient une seule fois.

Photo : Cour supérieure de justice de l'Ontario

Un détenu intoxiqué

George a admis lors de son audience de détermination de la peine qu'il était ivre quand il a tué Kargus, après avoir bu une boisson maison préparée à partir de fruits fermentés.

Le tribunal a appris qu'une infirmière de garde à la prison le soir où Kargus a été tué était préoccupée par le fait que George était en état d'ébriété parce qu'il semblait heureux et plus fort que d'habitude.

Elle a indiqué qu'elle avait signalé ses inquiétudes aux gardes, qui ont décidé de s'en occuper le matin en raison d'un manque de personnel et ont enfermé George dans une cellule avec Kargus.

George a également avoué devant le tribunal qu'il avait fumé une cigarette contenant de la phencyclidine ou PCP, une drogue illégale considérée comme dangereuse parce qu'elle a tendance à causer de l'hostilité, de la violence et de la psychose chez certains utilisateurs.

Une cohabitation contestable

Des questions demeurent quant à savoir pourquoi les deux hommes ont été enfermés dans une cellule commune à la prison.

Anthony George est un délinquant violent récidiviste avec des problèmes de colère et un problème d'abus d'alcool, qui a été identifié par le système judiciaire comme un agitateur.

Adam Kargus, en revanche, était un toxicomane, qui avait été arrêté pour fraude et envoyé en prison après qu'on lui eut refusé la libération sous caution une fois que le tribunal avait appris qu'il consommait encore de la drogue.

Dès que les deux hommes ont été enfermés ensemble dans la cellule, George s'en est pris à Kargus.

Tout au long du passage à tabac, on peut voir les autres détenus cogner sur la vitre de leurs propres cellules, dont certains ont entendu les applaudissements de George tandis que d'autres essayaient d'alerter les gardes.

Centre de détention d'Elgin-MiddlesexAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Centre de détention d'Elgin-Middlesex

Photo : Radio-Canada/Nicolas Pham

Des gardiens absents

Pendant près d'une heure, aucun garde ne répond alors que les images sont prises sur une caméra en circuit fermé.

Le lendemain matin, on peut voir George quitter sa cellule, demander de l'aide des autres détenus pour nettoyer le sang, envelopper le corps de Kargus dans un drap et le traîner vers la douche de la prison.

Deux autres détenus ont été inculpés dans l'affaire, mais les accusations ont finalement été abandonnées contre l'un des suspects, tandis que l'autre a plaidé coupable à une accusation moins grave.

Les gardes découvrent finalement le corps de Kargus vers 10 h le 1er novembre et appellent des ambulanciers, mais Kargus est alors déjà mort.

Selon l'autopsie, Kargus est mort de traumatisme contondant à la tête, au cou et au visage. Son visage était en si mauvais état qu'il a été identifié par ses tatouages, selon la cour.

Six membres du personnel ont été licenciés après la mort de Kargus pour avoir omis de faire leur travail. Trois d'entre eux ont néanmoins retrouvé leur emploi en avril 2017.

Depuis la mort d'Adam Kargus, le centre de détention d'Elgin-Middlesex a été impliqué dans différentes poursuites à la suite d'allégations selon lesquelles les droits des détenus étaient systématiquement violés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !