•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six Ontariens nous disent s'ils ont vu une réduction de leur facture d'électricité

Un collage de photos des six personnes.

Allan Soini, Nancy Côté, Paolo Belzile, Normand Bédard, Jacques Habel et Louis-Philippe Roy.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les réductions entrées en vigueur au cours des derniers mois ont-elles véritablement fait une différence dans le budget des Ontariens? Radio-Canada a contacté quelques citoyens, de différents endroits dans la province. Et il semble que la grogne soit toujours bel et bien présente.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Le remboursement de la portion provinciale de la taxe de vente harmonisée (8 %) est entrée en vigueur il y a près de 10 mois et le rabais additionnel de 17 % en moyenne ajouté par les libéraux est entré en vigueur il y a près de quatre mois.

Le gouvernement de Kathleen Wynne espérait aider les Ontariens après de nombreuses augmentations annuelles de tarifs d'électricité... et peut-être aussi redorer son image avant l'élection provinciale de juin 2018.

Nancy Côté de Kapuskasing - Un bonbon empoisonné?

Nancy Côté habite à Kapuskasing.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nancy Côté remarque une diminution du prix de l'électricité depuis quelques mois.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Nancy Côté, mère de quatre enfants et conseillère pédagogique, dit avoir bel et bien constaté la réduction de 25 % annoncée par les libéraux, ce qui aura « un impact direct » sur son budget.

En ce moment, le taux que je paie est le taux que je payais en 2013. C'est gigantesque [comme rabais].

Nancy Côté, Kapuskasing

Mais elle s'inquiète pour la suite et craint que ce ne soit qu'un cadeau à court terme pour calmer la grogne ambiante contre le gouvernement. Elle doute que le problème de gestion de l'électricité en Ontario soit réellement réglé.

On a eu un bonbon. Le bonbon est bon, sucré, bien attrayant...mais je ne suis pas certaine à long terme. Je ne suis pas réconciliée avec les libéraux. Ils n'ont pas gagné mon vote avec ça.

Nancy Côté, Kapuskasing

De surcroît, Nancy Côté craint que la qualité du service soit affectée. Elle explique qu'il n'est pas rare d'avoir des interruptions de service dans le Nord pour permettre l'entretien du réseau électrique. Elle espère que ces désagréments ne seront pas plus fréquents avec les rabais accordés aux consommateurs.

Jacques Habel de Sarnia - Des réductions minimes

Portrait d'un hommeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Habel, avocat à la retraite, Sarnia

Photo : Antoine Habel

Jacques Habel, retraité de Sarnia, recevait des factures d'électricité mensuelles qui s'élevaient entre 116 $ et 155 $ à l'été 2016. Des sommes qui ont diminué à environ 109 $ par mois cet été. Une réduction qu'il accueille favorablement, même s'il la qualifie de « minime ». Il se demande si cette réduction est attribuable aux annonces du gouvernement ou aux conditions estivales, au fait qu'il a peu utilisé son air conditionné cet été.

On paie un peu moins cher, c'est sûr. Mais quant à l'impact sur le budget total de la maison, c'est relativement minime. Ça ne fait pas une grande différence dans votre budget annuel. Ça paie peut-être un réservoir d'essence de plus par année.

Jacques Habel, Sarnia

Jacques Habel craint que les prix ne recommencent à augmenter à moyen ou long terme.

Pour lui, il n'y a pas de doute que l'électricité demeurera un enjeu lors de la prochaine campagne électorale et que les rabais annoncés ne pourront pas calmer la grogne populaire sur cette question. Ce sera un thème qui influencera certainement son propre choix.

Louis-Philippe Roy de Toronto - Dans l'attente des réductions annoncées

Louis-Philippe Roy travaille dans l'industrie de l'automobile et habite à Toronto.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis-Philippe Roy a bien hâte de constater sur sa facture d'électricité les réductions annoncées par le gouvernement.

Photo : Radio-Canada

Louis-Philippe Roy n'a toujours pas constaté les réductions promises par le gouvernement sur ses factures d'électricité. C'est qu'il a un plan d'étalement de paiements répartis sur 12 mois, de sorte qu'il doit faire des paiements mensuels fixes. Le montant de ses paiements ne sera révisé que dans quelques semaines. Une situation qui le déçoit quelque peu, même s'il s'attend à une réduction de 10 $ à 20 $, un « impact plutôt minime », selon lui.

Louis-Philippe estime que l'électricité sera un enjeu majeur lors des prochaines élections, surtout pour les Ontariens à faible revenu qui ont dû composer avec les hausses des tarifs des dernières années. Mais il rappelle qu'il faut considérer tous les aspects de cette question.

Les libéraux ont investi beaucoup dans les énergies vertes. C'est un point qu'on oublie. Ces choses-là coûtent cher. Je comprends que ça a un coût, un coût trop élevé pour certaines personnes, mais c'est très bien qu'on commence à regarder vers le futur. On s'est débarrassé du charbon. Ce sont des choses très positives.

Louis-Philippe Roy, Toronto

Allan Soini de Kingston - « C'est une farce! »

Allan Soini est bien critique du gouvernement quant aux prix de l'électricitéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Allan Soini vit dans la région de Kingston.

Photo : Allan Soini

Allan Soini vit dans un appartement de deux chambres à coucher et deux salles de bain avec sa conjointe. Ils paient un montant égal de 115 $ par mois pour leur électricité. Il y a un peu plus de sept ans, ils payaient environ 65 $ pour le même service au même endroit. Des prix qui explosent et qui sont complètement « farfelus », selon lui.

Enseignant et directeur d'école à la retraite, il juge que ces frais ont un impact négatif sur son budget mensuel.

Allan Soini a bel et bien constaté la réduction de 8 % de la portion provinciale de la TVH dans les derniers mois, mais pas les 17 % supplémentaires. Il faut dire qu'il adhère lui aussi au programme de paiements égaux. Il espère que cet enjeu demeurera au coeur des discussions lors de la prochaine campagne électorale.

J'aimerais que ça n'influence pas mon vote, mais quand ça touche le porte-monnaie....

Allan Soini, Kingston

Normand Bédard de Listowel - Tout refiler aux consommateurs

Normand Bédard, à gauche, accompagné de ses frèresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Normand Bédard, à gauche, accompagné de ses frères

Photo : Radio-Canada

Normand Bédard affirme avoir vu peu de différence sur sa facture au cours des derniers mois. Ce qui le dérange surtout, c'est l'impression de n'avoir aucun contrôle en tant que consommateur. Il est convaincu que les prix augmenteront davantage dans le futur et que ce sera aux prochaines générations de payer la note.

Ils essaient de baisser les factures, mais ce sont les prochaines générations qui vont payer encore plus cher. Mes dépenses, j'essaie de ne pas les transmettre à la prochaine génération.

Normand Bédard, Listowel

Paolo Belzile de Cochrane - Se sentir prisonnier d'un système

Paolo Belzile de CochraneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Paolo Belzile de Cochrane

Photo : Paolo Belzile

Paolo Belzile voit bel et bien une différence sur sa facture d'électricité. Il payait entre 180 $ et 200 $ par mois il y a un an. Sa facture est maintenant de 132 $. Malgré cette réduction, Paolo ne décolère pas et n'a aucunement l'intention de voter pour les libéraux en juin 2018.

Nous ne pouvons pas acheter notre électricité ailleurs. Nous n'avons aucun choix et rien à redire. Aujourd'hui, nous payons grassement pour les erreurs du passé.

Paolo Belzile, Cochrane

Le gouvernement se défend

Le gouvernement maintient que les rabais de 25 % ont été consentis à tous les abonnés résidentiels de la province.

Le ministre de l'Énergie Glenn Thibeault explique que les gens des communautés rurales ont pu observer des rabais bien plus élevés. Jusqu'à 40 % ou 50 % de réduction.

C'est que le plan du gouvernement promet des rabais additionnels pour les abonnés des régions rurales et éloignées. Le rabais varie en fonction de la compagnie de distribution.

Le ministre à la sortie de la période des questions, devant une foule de micros de journalistesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Glenn Thibeault, ministre de l'Énergie de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Peter Power

Le ministre promet que les augmentations ne dépasseront pas le taux d'inflation au cours des quatre prochaines années. Selon lui, il ne s'agit donc pas d'un cadeau empoisonné.

La réduction de 25 % est un soulagement immédiat. Nous allons continuer à trouver des économies dans le système.

Glenn Thibeault, ministre de l'Énergie de l'Ontario

Le gouvernement vient d'annoncer un nouveau fonds de 100 millions de dollars dans le cadre du plan de réduction des factures d'électricité pour encourager l'installation d'ampoules qui consomment moins d'énergie, de barres d'alimentation électrique, d'appareils écoénergétiques et d'une meilleure isolation.

Le plan énergétique à long terme de la province doit aussi être dévoilé ce jeudi. De nouvelles économies pourraient ainsi être annoncées à ce moment.

Des factures qui varient

Il faut savoir que les factures peuvent varier d'une compagnie à l'autre.

Dans le cas de Hydro One, on assure que tous les abonnés ont reçu les réductions et que la première page de leur facture indique explicitement le montant qui a été épargné grâce au Plan ontarien pour des frais d'électricité équitables.

Exemple de facture de Hydro OneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Exemple de facture de Hydro One

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Une porte-parole ajoute que les abonnés qui adhèrent à un plan d'étalement de paiements répartis sur 12 mois ont déjà vu leurs paiements être ajustés au nouveau rabais. D'autres compagnies ajusteront les comptes des clients qui souscrivent à ce type de programme dans les prochaines semaines ou les prochains mois. C'est le cas par exemple d'Hydro Toronto et de Kingston Utilities.

Un enjeu électoral?

Les libéraux misent sur leur plan pour des frais d'électricité équitables et ils ont prévu dépenser 5,5 millions de dollars en publicité pour promouvoir leur gestion des coûts de l'électricité, disant justement que les factures sont difficiles à comprendre et qu'il importe d'aider les gens.

La politologue Geneviève Tellier de l'Université d'Ottawa pense qu'il est trop tôt pour parler de succès ou d'échec pour le gouvernement.

Les mois d'hiver s'en viennent et seront cruciaux pour la consommation d'électricité et les factures qui suivront. Ce sera là le vrai test, selon elle.

Elle indique toutefois que la réduction de 25 % des tarifs d'électricité ne peut pas compenser les hausses de tarif des 10 dernières années.

Est-ce que le gouvernement aurait pu faire mieux? Probablement que tout le monde voudrait voir les prix baisser encore plus, mais je ne vois pas un mouvement qui s'amplifie maintenant. On va attendre l'hiver. Peut-être que ça va changer.

Geneviève Tellier, professeure d'Études politiques à l'Université d'Ottawa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !