•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis exclus du Mondial 2018, l'Argentine sauve la mise

Les États-Unis ne participeront pas au Mondial pour la première fois en 32 ans.
Les États-Unis ne participeront pas au Mondial pour la première fois en 32 ans. Photo: Getty Images / Ashley Allen

Les États-Unis ont vécu une soirée cauchemardesque mardi avec une défaite 2-1 à Trinité-et-Tobago, synonyme d'élimination pour le Mondial 2018, tandis que le Panama, vainqueur inattendu 2-1 du Costa Rica, s'est qualifié pour la première fois.

Alors qu'elle était en position idéale avant la rencontre, la « Team USA » a sombré à Couva contre Trinité-et-Tobago, pourtant dernière des six nations de la zone CONCACAF, dans un stade à moitié vide à la pelouse en piteux état.

Rapidement menés au score, après un incroyable raté de leur défenseur Omar Gonzalez, auteur d'un but contre son camp (17e minute), les Américains ont vu l'addition se corser avant la mi-temps quand Alvin Jones a doublé la mise (37e).

Malgré la réduction du score par Christian Pulisic à l'entame de la seconde période (46e), les États-Unis se sont révélés incapables d'égaliser, jouant parfois de malchance, comme à la 77e minute lorsque la frappe de l'attaquant Clint Dempsey est venue s'écraser sur le poteau.

Avec cette défaite et les victoires du Panama et du Honduras, les États-Unis, qui tombent à la 5e place du groupe avec 12 points, sont éliminés des qualifications.

C'est la première fois en 32 ans que la sélection américaine manquera une phase finale.

« Nous ne nous sommes pas qualifiés pour le Mondial alors que c'était mon rôle de nous qualifier », a déclaré l'entraîneur américain Bruce Arena.

Opposé au Costa Rica, déjà qualifié, le Panama a réussi à renverser un match mal entamé et à se qualifier pour la première fois de son histoire.

Menés 1 à 0 à la mi-temps, les Panaméens se sont finalement imposés 2-1 devant leur public. Roman Torres a inscrit le but de la victoire dans les dernières minutes du match dans un stade surchauffé.

Le Panama termine 3e du groupe avec 13 points, soit le même total que le Honduras, mais avec une meilleure différence de buts.

Le Honduras a également créé la surprise en s'imposant 3-2 sur la pelouse du Mexique, leader du groupe.

Grâce à ce succès de prestige, le Honduras s'assure la 4e place du groupe et jouera un match de barrages aller-retour contre l'Australie les 6 et 14 novembre.

Messi sauve l'Argentine

Leo Messi a permis à son pays d'arracher sa qualification grâce à une victoire de 3-1 sur l'Équateur. L'Uruguay et la Colombie décrochent aussi leur billet pour la Russie, alors que le Chili est éliminé.

L'Uruguay termine 2e du groupe de qualification de la zone Amérique du Sud derrière le Brésil, déjà qualifié grâce à son gain de 4-2 contre la Bolivie.

La Colombie se classe 4e après un nul de 1-1 contre le Pérou. Le Chili, double tenant de la Copa America (2015-2016), est éliminé alors que le Pérou disputera les barrages.

Longtemps contre-performant en sélection, Messi a enfin répondu aux espoirs placés en lui avec trois buts qui ont vite fait oublier le cauchemar du début de match. L'Équateur avait ouvert le score à la 40e seconde.

Les Argentins, auteurs d'un triste match nul face au Pérou (0-0) samedi, tremblaient depuis des jours face à la perspective de voir leur pays privé de Mondial et se sont définitivement rassurés grâce aux prouesses du joueur du Barça, totalement survolté malgré les effets de l'altitude à Quito (2850 m).

Grâce aux exploits de son quintuple Ballon d'or, l'Argentine sera donc présente en Coupe du monde dont elle n'a manqué aucune édition depuis 1970.

Finaliste de la dernière édition remportée par l'Allemagne, elle pourra même nourrir de légitimes ambitions, à condition que l'entraîneur Jorge Sampaoli, appelé à la rescousse durant les éliminatoires, parvienne à faire jouer ensemble une somme d'individualités.

Le Chili, après son sublime doublé continental, espérait confirmer sa présence, mais c'est peine perdue. Alexis Sanchez, Arturo Vidal et compagnie ne verront pas la Russie. Ils compteront parmi les grands absents.

Déjà qualifié depuis mars, le Brésil a brisé net les espoirs chiliens en battant la Roja 3-0, terminant ainsi largement en tête des éliminatoires sud-américaines avec 41 points, dix de plus que l'Uruguay.

Le sélectionneur du Chili, l'Argentin Juan Antonio Pizzi, a lui annoncé dès la fin du match sa démission.

La faillite du Chili fait les affaires du Pérou, qui affrontera en barrages la Nouvelle-Zélande en novembre.

Soccer

Sports