•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Règlement territorial historique en Colombie-Britannique

Chargement de l’image

La ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une Première Nation de la Colombie-Britannique recevra 49 millions de dollars de la part du gouvernement fédéral à la suite d'un règlement historique entourant une revendication territoriale. Mardi, la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, était à Nanaimo pour célébrer la nouvelle.

Un texte d'Eva Uguen-Csenge

« C'est la plus importante revendication particulière dans l'histoire de la province », a déclaré John Wesley, chef de la Première Nation de Snuneymuxw, au sujet de la réserve de 79 acres.

Les anciennes terres de la réserve des Snuneymuxw, où se trouve présentement la ville de Nanaimo, avaient été confisquées à tort « à un certain moment après 1862 », indique un communiqué d'Ottawa.

Le chef de la Première Nation, John Wesley, a raconté que cela fait des années que les dirigeants de cette dernière travaillent à être compensés pour leur perte.

« La Première Nation de Snuneymuxw doit composer avec l’assise territoriale par habitant la plus restreinte parmi toutes les réserves du pays. »

— Une citation de  John Wesley, chef de la Première Nation de Snuneymuxw

Pour la ministre Bennett, le règlement symbolise non seulement la résolution de la revendication, mais aussi le début d’un partenariat continu entre la communauté et le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.

L'indemnité de 49 millions de dollars compense la perte de l’utilisation de la terre pendant plus de 100 ans subie par la Première Nation. Elle pourra servir à acquérir de nouvelles terres ou à investir dans le développement de la communauté.

John Wesley éprouvait des sentiments mitigés lors de la célébration. « Nous sommes fiers, mais l'argent ne pourra jamais réellement compenser la perte de nos anciennes terres sacrées. »

Le chef Wesley estime quand même que le règlement est un pas en avant pour la réconciliation.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !