•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise du logement à Vancouver pousse un homme à creuser un abri souterrain

Un homme poussa la porte de son logement souterrain

Mitchell Lagimodier vit depuis trois mois dans un abri souterrain près de la 12e Avenue à Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Certaines solutions pour parer à la crise de logement à Vancouver peuvent en surprendre plus d'un : la police a découvert la semaine dernière un abri souterrain creusé par un homme qui ne trouvait pas de logement abordable en ville.

À la suite de la divulgation de sa cachette sur les réseaux sociaux, l'existence de l'abri de Mitchell Lagimodier est devenue de notoriété publique.

Mitchell Lagimodier raconte qu'il a travaillé pendant deux mois et demi avant d’achever son logis souterrain. Il dit que, parfois, il creusait la glaise durcie 18 heures par jour.

Mitchell Lagimodier porte une casquetteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon M. Lagimodier, personne n'était au courant de son abri souterrain avant que la police la découvre la semaine denière.

Photo : Radio-Canada

Mitchell Lagimodier allume une chaufferette avec une flammeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chaufferette sert non seulement à réchauffer l'intérieur de l'abri mais aussi à chauffer et durcir les murs d'argile de l'abri.

Photo : Radio-Canada

Situé près de la 12e Avenue Est, l'abri souterrain de M. Lagimodier est accessible par deux entrées secrètes.

Un collage de photos : à gauche une entrée cachée par les buissons et à droite une porte souterraine creusée dans l'argileAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux entrées cachées de l'abri souterrain de Mitchell Lagimodier ont été découvertes par les chiens de l'unité canine de la police de Vancouver

Photo : Twitter/@VPDCanine

La police est tombée sur l'abri alors qu’elle cherchait un homme avec un mandat d’arrestation pour agression et possession d’armes. Le suspect y était caché, ont précisé les forces de l'ordre.

Mitchell Lagimodier descend l'escalier bâti dans une falaiseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'une des entrées à l'abri souterrain de Mitchell Lagimodier est accessible par un escalier secret bâti le bord d'une falaise.

Photo : Radio-Canada

Mitchell Lagimodier assure qu'il s'agissait d'un ami venu lui rendre visite. « Je ne savais pas qu’il y avait un mandat d'arrêt contre lui », dit-il.

Grâce à sa formation de charpentier, Mitchell Lagimodier a réussi à bâtir cet abri pour se protéger du froid et y vit depuis trois mois.

Un lit avec des couverturesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mitchell Lagimodier vit dans son abri souterrain depuis trois mois.

Photo : Radio-Canada

Un homme pointe du doigt un lecteur de DVDAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Grâce à un lecteur de DVD, des batteries et un convertisseur Mitchell Lagimodier peut visionner des films dans son abri souterrain.

Photo : Radio-Canada

L'itinérance en hausse dans la région

Selon les dernières données de BCNPHA (l’association à but non lucratif du logement de la province), le nombre d’itinérants dans la région du Lower Mainland a grimpé à 4211 en 2017, une augmentation de 40 % en six ans. À peu près un tiers des répondants ne dormaient pas dans un refuge.

Des outils accrochés au murAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

M. Lagimodier collectionnent des outils qu'il utilise pour continuer d'améliorer son abri souterrain. Il dit qu'avant d'être découvert il comptait installer un plancher en bois.

Photo : Radio-Canada

Maintenant que l'abri a été découvert, M. Lagimodier craint que les autorités ne lui demandent de le quitter, mais n’est pas découragé par la possibilité de recommencer à creuser.

« Je déménagerais et j’en bâtirais un autre quelque part d’autre », dit-il.

Mitchell Lagimodier dans un tunnel souterrainAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'abri souterrain est aménagé d'objets que Mitchell Lagimodier trouve sur des sites de construction.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier