•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de l’écrivain et éditeur Jean-Yves Soucy

  Chandelle

Chandelle

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

L'homme de lettres Jean-Yves Soucy est décédé vendredi dernier à l'âge de 72 ans. Originaire de Causapscal, dans la Matapédia, l'écrivain est mort entouré de ses proches, dont sa conjointe, l'écrivaine Carole Massé.

Un texte de Joane Bérubé

Éditeur et directeur de collection pour les Éditions VLB du Groupe Sogides, Jean-Yves Soucy est arrivé à l’écriture après avoir pratiqué des métiers aussi divers que forestier, travailleur social ou comptable dans une banque.

Son premier roman, Un dieu chasseur, le fait connaître du public en 1976 et marque le monde littéraire.

Le roman « Un dieu chasseur »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le roman « Un dieu chasseur »

Photo : Site collection TYPO

Le roman remporte notamment le prix de la revue Études et le Prix de La Presse. Quinze ans plus tard, son roman coécrit avec l’auteur canadien d’origine arménienne Agop J. Hacikyan, Un été sans aube, remporte un succès international.

L’homme a aussi travaillé de nombreuses années pour les Éditions VLB à différents titres, allant de réviseur à directeur de collection.

Romans, contes, nouvelles, récits, Jean-Yves Soucy fut un touche-à-tout des lettres québécoises, dont le rôle de soutien auprès de quantité d'auteurs, en tant que réviseur, correcteur, éditeur, aura été sans doute tout aussi important que sa carrière d’écrivain.

L’écrivain et journaliste au Devoir Jean-François Nadeau l’a connu au moment où il était lui-même éditeur pour L’Hexagone. Il souligne la capacité de travail et « l’oeil » qu’avait l’éditeur.

Celui-ci possédait, note Jean-François Nadeau, le sens des mots, de la formule et un grand talent de conteur. « Il y avait chez lui quelque chose presque de l’artisan du Moyen-Âge, qui ne signait pas toujours son travail, mais qui était fier du travail bien fait, de ce qui était accompli », ajoute M. Nadeau. La littérature québécoise, relève-t-il, doit beaucoup à Jean-Yves Soucy.

Il a prêté sa plume aussi à beaucoup d’écrivains, soit ouvertement, soit très discrètement […] Il a donné un supplément d’âme à plusieurs dizaines d’années d’écriture au Québec.

Jean-François Nadeau, journaliste et écrivain

Son roman phare, Un dieu chasseur, est offert en format poche dans la collection Typo du Groupe Ville-Marie Littérature.

Livres

Arts