•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lingwick: aucun candidat à la mairie

Le Canton de Lingwick
Le Canton de Lingwick Photo: Radio-Canada

Les candidats aux élections municipales sont tous connus depuis le 6 octobre. En Estrie, des dizaines de maires ont été élus sans opposition. Des luttes intéressantes ont aussi officiellement débuté dans certaines villes. À Lingwick, la situation est toutefois différente et plutôt particulière : la ligne de départ a été désertée.

Le maire sortant, Marcel Langlois, se retire de la vie politique municipale laissant le poste vacant. Toutefois, personne n'a souhaité faire le saut pour le remplacer.

Il devra donc rester en poste au moins jusqu'au 26 novembre prochain, date où un nouveau scrutin devra être organisé afin de lui trouver un successeur.

« Les mises en candidature pourraient être possibles dès le 13 octobre, estime Josée Bolduc, directrice générale du Canton de Lingwick et présidente d'élection. J'ai bon espoir qu'on va avoir un candidat avant d'avoir à regarder plus loin que le 26 novembre. »

Six conseillers, aucun intéressé

Les six conseillers de la petite municipalité ont tous été élus sans aucune opposition. Toutefois, aucun d'eux n'est intéressé au poste de maire.

« C'est un poste qui demande énormément. En plus, dans les petites municipalités, c'est loin d'être un salaire suffisant pour gagner sa vie », croit le nouveau conseiller municipal, Daniel Audet.

La conseillère sortante, Caroline Poirier, est du même avis. Après huit ans à la table des conseillers municipaux de Lingwick, elle cède sa place à un autre.

« La majorité des gens ne le réalisent pas. C'est de plus en plus lourd devenir maire ou mairesse même dans une petite municipalité. Ça demande beaucoup de compétences, de connaissances et d'implication », rappelle-t-elle.

La plupart des conseillers municipaux sont dans la même situation. Ils sont actifs et mobilisés pour leur communauté, mais leur agenda est trop rempli pour devenir maire.

Il faut quelqu'un à la mairie, donc il va falloir se mobiliser.

Caroline Poirier

Si la situation est inusitée, elle n'est pas unique. En Mauricie, la ville de Saint-Stanilas se trouve confrontée à la même problématique.

À cet endroit, un maire suppléant sera choisi parmi les conseillers.

Estrie

Politique