•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Whistler ne veut pas de visiteurs d'un jour

Photo: Geneviève Milord/Radio-Canada
Radio-Canada

La mairesse de Whistler, à 120 km au nord de Vancouver, a un message pour les visiteurs de sa municipalité connue mondialement comme étant l'une des Mecques du ski : celui de rester pour plus d'une journée et de prendre soin de la nature environnante.

« On ne veut pas attirer les visiteurs d'un jour qui viennent avec leur boîte à lunch et n'apprécient pas la culture de la montagne », explique Nancy Wilhelm-Morden, à la tête de l'hôtel de ville depuis 16 ans.

Le message de la mairesse fait écho à la frustration des résidents de Whistler qui se plaignent des visiteurs éclair qui envahissent le paysage et y laissent leurs déchets.

C'est frustrant de nettoyer après des gens qui ne comprennent juste pas.

Nancy Wilhelm-Morden, mairesse de Whistler

Village victime de son charme

Le petit village niché aux pieds des montagnes a été pris d'assaut par le tourisme local et étranger au cours des dernières années. Un baume après la période de disette entre 2008 et 2009, résultat de la crise économique planétaire.

Photo : Geneviève Milord/Radio-Canada

La mairesse ne cache pas que le plan économique de la municipalité et la machine marketing travaille à attirer d'abord le touriste étranger, qui viendra plusieurs jours, logera à l'hôtel et mangera dans ses restaurants.

Photo : Whistler Blackcomb

Nous avons une grande machine à nourrir et si les gens viennent pour un jour, ce n'est pas durable pour notre économie à long terme.

Nancy Wilhelm-Morden, mairesse de Whistler

Débat chaud sur le tourisme

Le message de la mairesse, publié sur le site de CBC, a suscité une onde de colère chez certains internautes, qui affirment que la municipalité n'a d'yeux que pour l'argent du tourisme.

La mairesse reconnaît que Whistler atteint des sommets en nombre de visiteurs, mais, selon elle, le village n'a pas encore atteint sa pleine capacité.

Le conseil municipal a pris des mesures récentes pour faciliter les « douleurs de croissance », en imposant des restrictions sur la location à court terme, en permettant d'accroître les espaces de stationnement payants et en ajoutant un service d'autobus gratuit la fin de semaine pendant l'été.

Tourisme en chiffres :

  • tourisme estival : 60 %;
  • tourisme hivernal : 40 %;
  • dépenses des visiteurs : 1,5 milliard $/année.

La grogne se répand

Le débat sur le « tourisme excessif » s'accentue dans le village, générant la diffusion de lettres d'opinions de la part de résident et de gens d'affaires dans les médias locaux.

Le président de Tourism Whistler, Barrett Fisher, a écrit dans le magazine Pique que « le niveau d'angoisse des résidents était aligné avec la vitesse de croissance de leur village ».

On sent la pression alors que les années records de visiteurs s'additionnent.

Barrett Fisher, président deTourism Whistler
Le bout d'un ski à côté une colline de poudreuse avec en arrière plan les montagnes perdues dans les nuagesLa neige à Whistler Photo : Geneviève Milord/Radio-Canada

Initiative pour réduire les déchets

La mairesse de Whistler déplore la masse de déchets laissés sur place par les visiteurs d'un jour, surtout l'été, qui alourdit la tâche des travailleurs des parcs.

David Karn, porte-parole du ministère de l'Environnement, dit que la province a embauché de nouveaux gérants de parcs à temps plein pour superviser l'arrière-pays de la région Sea-to-Sky et son surplus de déchets.

Il rappelle que le fait d'abandonner ses restants de nourriture, ses déchets ou toute chose qui puisse attirer les animaux sauvages peut mener à une contravention de 345 $.

Colombie-Britannique et Yukon

Tourisme