•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rafle des années 60 :  Merchant Law Group entend poursuivre les provinces

Des manifestants venus appuyer, en août 2016, le recours collectif contre le gouvernement fédéral pour son rôle dans la Rafle des années 1960

Des manifestants venus appuyer, en août 2016, le recours collectif contre le gouvernement fédéral pour son rôle dans la rafle des années 1960. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mark Bochsler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le cabinet d'avocats Merchant Law Group de Regina confirme qu'il continuera ses 10 poursuites judiciaires contre chaque province au pays au nom des Autochtones qui ont été adoptés à la suite des rafles survenues dans les années 1960, 1970 et 1980.

L'avocat Tony Merchant, fondateur de la firme Merchant Law Group. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat Tony Merchant, fondateur de la firme Merchant Law Group.

Photo : Radio-Canada

L’avocat et fondateur de Merchant Law Group, Tony Merchant, salue la décision d’Ottawa qui versera 800 M $ aux victimes de la rafle des années 60 « bien que la Cour suprême ait exercé des pressions sur le gouvernement ». Le cabinet d'avocats affirme que cette victoire ne met pas fin au mandat du groupe d'avocats qui représente des survivants de cette rafle depuis huit ans. Il s'agit plutôt d'une lueur d’espoir et du début d’un nouveau chapitre.

Selon la firme, Ottawa et le gouvernement de la Saskatchewan sont responsables de cette politique gouvernementale qui consistait alors à retirer les enfants autochtones de leur famille pour les donner en adoption à des familles blanches au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Tony Merchant explique que le cabinet cherche à obtenir des dédommagements des provinces pour les survivants qui ont été adoptés dans ces rafles, ainsi que ceux qui ont été victimes de sévices, d'abus sexuels ou d'abus psychologiques, pour la perte de leur culture, ainsi que les Métis et les Indiens non inscrits « pour lesquels le Canada n’assume aucune responsabilité ».

Connue en anglais sous le nom de Sixties Scoop, cette politique avait pour but d'assimiler et d'éradiquer la culture des peuples autochtones.

...[régler le "problème autochtone en éliminant les populations autochtones]. En raison de l’érosion systématique de leur culture et de leurs langues, le peuple autochtone était assimilé dans une société dominée par les Blancs.

Une citation de : Tony Merchant, fondateur de Merchant Law Group.

Il est important, selon Tony Merchant, de reconnaître et de protéger les droits fondamentaux de préservation des langues et de la culture des Autochtones.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !