•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Percé sera prête à affronter les grandes marées

La recharge de la plage va bon train à Percé

La recharge de la plage va bon train à Percé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les grandes marées mettront bientôt Percé à l'épreuve, mais les travaux de recharge de la plage devraient être terminés juste à temps pour cette période cruciale.

Un texte de Léa Beauchesne d’après les informations de Martin Toulgoat

Depuis sept ans, les tempêtes hivernales font de plus en plus de ravages le long du littoral de la capitale touristique de la Gaspésie. Les puissantes vagues arrachent régulièrement des tronçons (Nouvelle fenêtre) de la promenade piétonne.

Cette année risque d’être bien différente puisque 110 000 tonnes de galets seront déposés d’ici là sur les berges de l’Anse-du-Sud afin de recréer la plage d’antan. Des travaux d’enrochement seront également réalisés près du quai pour protéger la structure.

Il s’agit de la deuxième des trois phases du projet. Une importante préparation du terrain a entre autres été nécessaire pour relocaliser le système d’égouts.

Les travaux de recharge de la plage à PercéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travaux de recharge de la plage à Percé

Photo : Radio-Canada

Des travaux essentiels

Contrairement aux hivers précédents, un vent d’optimisme souffle maintenant sur la petite municipalité. Son directeur, Félix Caron, explique que ces travaux étaient nécessaires depuis longtemps.

Notre promenade qui datait des années 1970, elle a fait un bon travail pendant une trentaine d’années, mais dans les 10 dernières années, on savait que ce moment-là arrivait.

Félix Caron, directeur général de Percé
Le littoral de Percé, très vulnérable aux assauts de la mer.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le littoral de Percé, très vulnérable aux assauts de la mer.

Photo : Crédits : Ariane Aubert-Bonn

Même si la protection des berges demeure la raison d’être de ce vaste chantier de 20 millions de dollars (Nouvelle fenêtre), le volet touristique ne peut être négligé lorsqu’il est question de Percé.

Lisa-Marie Gagnon a piloté pour la Ville ce projet et elle explique qu’après la protection du littoral, la phase récréotouristique pourra débuter dès cet hiver pour se terminer au printemps prochain.

« L’objectif de cette dernière phase pour laquelle on vient de lancer un appel d’offres, c’est vraiment de redonner un bord de mer à Percé digne des plus hauts standards récréotouristiques. De redonner, de redorer le bord de mer pour Percé. »

La promenade sera légèrement surélevée et différents espaces publics seront refaits. « On a toujours une préoccupation de s’adapter aux standards internationaux de notre industrie touristique, mais du même coup d’avoir une inspiration très percéenne, très bord de mer. »

Présentation du Projet de protection et réhabilitation du littoral de PercéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Présentation du Projet de protection et réhabilitation du littoral de Percé

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Une nouvelle étape pour Percé

Malgré l’ampleur du chantier, il n’aurait pas suscité trop d’inconvénients, selon le directeur général. « On est agréablement surpris de l’acceptabilité sociale de ce projet-là. On sent aussi une vague de curiosité. »

L’adaptation a été difficile pour certains commerçants, mais le succès de la saison touristique a su atténuer leur frustration.

À la Maison du pêcheur, restaurant phare situé sur le bord de l'eau à Percé, la copropriétaire Élise Boivin souligne la résilience des clients.

Les gens réalisaient que c’était un mal pour un bien.

Élise Boivin, copropriétaire de la Maison du pêcheur
Élise Boivin, copropriétaire, restaurant La maison du pêcheurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Élise Boivin, copropriétaire, restaurant La maison du pêcheur

Photo : Radio-Canada

La femme d’affaires admet que le début de saison a été difficile (Nouvelle fenêtre). « Il fallait s’adapter dans un nouveau milieu, dans un environnement avec tous les camions, la circulation, les équipements autour de nous. »

Pour la première fois depuis plusieurs années, elle a par contre l’esprit tranquille à l’approche de l’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Changements climatiques