•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chevreuil pour les Jeux du Canada

Waskasoo, la mascotte des Jeux d'hiver du Canada 2019 prend un bain de foule à Red Deer

Waskasoo, la mascotte des Jeux d'hiver du Canada 2019 prend un bain de foule à Red Deer

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Radio-Canada

Pour les 500 jours qui précéderont la cérémonie d'ouverture des Jeux d'hiver du Canada 2019, les organisateurs pourront compter sur un ambassadeur bien spécial. Le chevreuil Waskasoo, mascotte des Jeux, a fait sa première apparition publique, mardi soir à Red Deer.

Un texte de Patrick Henri

Le comité local des 29es Jeux du Canada avait lancé un défi aux jeunes du centre de l’Alberta : concevoir une mascotte.

Pour participer, il fallait présenter un dessin, nommer sa mascotte et raconter son histoire.

Plus de 300 propositions ont été reçues. Celle qui a été retenue est celle de MacKenzie Van Damme, 12 ans, de Lacombe.

Le nom Waskasoo vient d’un mot cri, qui veut dire « rivière du chevreuil ». C’était le nom que portait la rivière Red Deer, il y a de nombreuses années.

500 jours

Le coup d’envoi des Jeux d’hiver sera donné le 15 février 2019.

Des représentants du Conseil des Jeux du Canada sont de passage à Red Deer afin de s’assurer que tout se déroule bien.

Cinq cents jours, c’est loin, mais ça arrive vite en même temps. C’est l’étape où les rêves deviennent des plans.

David Patterson, président-directeur général du Conseil des Jeux du Canada

Le PDG affirme qu’il faut analyser tout le travail fait jusqu’à maintenant et que, si l’on doit apporter des changements, c’est un bon temps pour le faire.

David Patterson dit qu’il est très satisfait du travail accompli par le comité local. Son séjour en Alberta lui a permis de constater entre autres que les échéanciers et les budgets sont bien respectés pour le moment.

Le défi du bilinguisme

Il faut plus de 5000 bénévoles pour organiser une compétition comme les Jeux du Canada. Le Conseil des Jeux demande aux comités locaux qu’au moins 10 % des bénévoles soient capable de s’exprimer en français.

Né de parents anglophones, à Marie-Reine, dans la région de Rivière-la-Paix, David Patterson a constaté très tôt l’importance du bilinguisme.

Si je voulais jouer au hockey ou au baseball avec mes amis à Marie-Reine ou à Saint-Isidore, je devais parler en français.

David Patterson, président-directeur général du Conseil des Jeux du Canada

Le PDG de la Commission des Jeux croit que tous les athlètes, entraîneurs, arbitres et spectateurs ont le droit d'être accueillis dans la langue de leur choix lors des Jeux du Canada.

Il admet que c’est parfois un défi de convaincre les membres des comités organisateurs de l’importance du bilinguisme lors des jeux.

Il ajoute que les gens de Red Deer semblent toutefois avoir compris l’importance de cette composante.

Le comité organisateur travaille en collaboration avec l’ACFA régionale de Red Deer afin de s’assurer d’avoir une grande représentation francophone parmi les bénévoles.

Alberta

Événements sportifs