•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de protection du caribou pourrait nuire à l’économie des régions

Un caribou au Canada.
Un caribou au Canada. Photo: iStock

L'adoption d'un plan de protection du caribou forestier pourrait être désastreuse pour les régions qui dépendent de la forêt, selon l'Institut économique de Montréal.

Un texte de Louis Martineau

L’organisme calcule que ce plan coûterait plus de 5600 emplois au Québec, en plus de réduire l'activité économique de 740 millions de dollars par année.

Parmi les régions les plus touchées : le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec.

Impact possible au Saguenay-Lac-Saint-Jean selon l'Institut :

  • baisse du volume de bois disponible de 25 %
  • baisse de l'activité économique de 260 millions de dollars par année
  • perte de plus de 1700 emplois

Le pire, selon l'Institut, c'est qu'il n’y a aucune certitude que ce plan permettra réellement de protéger l'espèce.

On a une idée un peu sur ce qui peut perturber leur environnement et donc affecter leur survie, mais il y a encore beaucoup d’incertitude concernant les causes.

Alexandre Moreau, analyste de politiques publiques, Institut économique de Montréal

L’organisme affirme qu'il y aurait lieu de mieux cibler les territoires où la survie du caribou est la plus probable et que cela limiterait les répercussions sur l'industrie forestière.

Les provinces canadiennes ont jusqu’au 5 octobre pour déposer à Ottawa leur plan de redressement du caribou forestier. Par la suite, le gouvernement fédéral doit prendre une orientation dans ce dossier.

Un chercheur se questionne

Le professeur titulaire en écologie animale à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et membre du Groupe de recherche BORÉAS, Martin-Hugues St-Laurent, remet en question les chiffres avancés par l’Institut économique de Montréal.

Il estime qu’ils sont « un peu galvaudés » et que les calculs de l’institut sont « un peu obscurs ». Il est déçu de voir ces résultats.

On ne parle ni d’une étude scientifique [...] ni d’un groupe de recherche crédible. On parle vraiment d’un groupe, d’un think tank, d’un groupe qui réfléchit et qui émet ses opinions en faisant passer ça sur le dos de la science.

Martin-Hugues St-Laurent, professeur, UQAR

Martin-Hugues St-Laurent affirme qu’il y a beaucoup de désinformation depuis quelques années dans le dossier du caribou forestier comme dans plusieurs autres dossiers sur la scène politique mondiale.

« On tente de faire des campagnes d’épouvante et ça ne passe pas toujours l’épreuve des faits. », soutient-il.

Il a discuté de cette affaire à l’émission Style libre. Pour écouter l’entrevue, cliquez ici.

Environnement