•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Policiers et travailleurs sociaux : un mariage maintenant permanent à Sherbrooke

L'équipe mobile d'interventions psychosociales (EMIP) du Service de police de Sherbrooke et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

L'équipe mobile d'interventions psychosociales (EMIP) du Service de police de Sherbrooke et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Photo : Radio-Canada / Genevieve Proulx

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'équipe mobile d'interventions psychosociales (l'ÉMIP), composée de 12 policiers du Service de police de Sherbrooke (SPS) et de quatre intervenants psychosociaux du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie - CHUS) devient permanente.

Au cours des 16 derniers mois, l'ÉMIP a patrouillé le territoire pendant 165 jours et est intervenu dans 295 situations. L'équipe est en devoir à Sherbrooke du mercredi au vendredi entre 16 h 30 et 23 h. Puisque le SPS a fait face à plus de 1500 interventions en santé mentale pendant cette même période, les policiers recommandent que le nombre de soirées soit éventuellement augmenté.

Les interventions de l'équipe mobile consistent à éviter les interventions physiques en misant sur des stratégies cliniques adaptées en utilisant le réseau social de la personne ou des ressources appropriées.

La Ville de Sherbrooke a autorisé, lundi soir lors du conseil municipal, le protocole d'entente avec le CIUSSS de l'Estrie - CHUS pour une durée de cinq ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !