•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travail sécuritaire NB augmente de 15 % les cotisations des employeurs pour 2018

Un homme tient dans sa main des pièces de monnaie

Le taux de cotisation moyen de Travail sécuritaire NB de 2018 se chiffrera à 1,70 $

Photo : Reuters / Reuters/Mark Blinch

Radio-Canada

Travail sécuritaire a révisé à la baisse l'augmentation des cotisations des employeurs à son fonds d'indemnisation des travailleurs accidentés. L'agence fixe finalement le nouveau taux à 1,70 $ par tranche de 100 $ de salaires assurables, ce qui représente tout de même une hausse de 15 % par rapport à 2017.

Il y a deux semaines, elle prévoyait une hausse se situant entre 1,96 $ et 2,23 $, soit des augmentations de 30 à 50 %, ce qui avait suscité un tollé chez les employeurs et même amené le ministre du Travail, Gilles LePage, à exprimer sa déception.

L’augmentation pour 2018 est attribuable à des réclamations en hausse, selon Travail sécuritaire NB.

Le conseil d’administration de l'organisme estime que le coût réel de l’administration du régime d’indemnisation des travailleurs en 2018 sera de 1,93 $ par tranche de 100 $ des salaires, mais affirme avoir réussi à limiter la hausse en réduisant ses frais d'administration et en ramenant à 100 % - plutôt que 110 % - le niveau de capitalisation du régime.

D’autres augmentations seront nécessaires, selon l'agence

Ces mesures ne résoudront pas les défis à long terme du régime, selon la présidente du conseil d’administration, Dorine Pirie. « Le conseil prévoit que des augmentations seront nécessaires à l’avenir en vertu de la législation actuelle. »

Elle précise que l'agence devra « travailler avec les intervenants et le gouvernement pour assurer une viabilité à long terme » du régime.

L’augmentation que les employeurs individuels connaîtront l'an prochain variera selon la classification attribuée à leur entreprise et leur historique en matière d'accidents de travail.

Les membres de trois Chambre de commerce inquiets

Les membres de la Chambre de commerce de l'Atlantique, de Moncton et de Saint-Jean sont inquiets des conséquences sur la réalité budgétaire que pourraient avoir des augmentations considérables des taux d’indemnisation des accidents du travail. De telles augmentations pourraient placer le Nouveau-Brunswick parmi ceux ayant les plus hauts taux d’indemnisation des accidents du travail au pays, ont dit les directeurs généraux des trois chambres, David Duplisea, Carol O’Reilly et Sheri Sommerville.

Des employés floués

Pour Jean-Marc Picard, de l'Association des camionneurs de l'Atlantique, l'augmentation représente des centaines de milliers de dollars annuellement.

L'essence, c'est hors de notre contrôle, mais la main d'oeuvre, c'est dans notre contrôle. Donc, on peut assumer qu'il y a des emplois qui vont être perdus.

Jean-Marc Picard, directeur général

Il explique que les plus importantes compagnies de camionnage au Canada emploient de 1000 à 3000 employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Société