•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition pour convaincre les acheteurs de voitures de choisir les véhicules électriques

Un porte-parole de l'AVEQ décrit les avantages d'une voiture électrique à un automobiliste

Un porte-parole de l'AVEQ décrit les avantages d'une voiture électrique à un automobiliste

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Saguenay-Lac St-Jean est en queue de peloton en matière d'aquisition de voitures électriques. C'est pourquoi l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) a tenu samedi une activité pour permettre aux conducteurs de découvrir les avantages de ces véhicules.

L’exposition, tenue à Saint-Bruno, a même permis aux amateurs d’essayer ces voitures sur la route, question de démystifier le sujet.

Il faut dire que le retard du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans le domaine est important : sur les 17 000 voitures électriques immatriculées au Québec, 227 seulement se retrouvent dans la région, selon les données de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

Les raisons sont nombreuses, mais une frappe en particulier : on compte une seule borne de recharge rapide dans la région, à l’angle du boulevard Talbot et de la route 170, dans l’arrondissement de Chicoutimi.

Le directeur adjoint de l'AVEQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Claude GauthierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur adjoint de l'AVEQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Claude Gauthier

Photo : Radio-Canada

« Je suis allé cet été en Gaspésie. Ils ont des bornes à chaque village relais qui est situé à 100 kilomètres », souligne Claude Gauthier, qui est directeur adjoint de l’AVEQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui explique peut-être qu’on compte plus de 300 voitures électriques en Gaspésie, malgré une population nettement moindre (91 780 habitants, contre 277 232 au recensement de 2016).



Autre problème selon l’AVEQ : les concessionnaires automobiles, qui auraient souvent tendance à pousser les clients vers les modèles à essence.

« Les gens ne connaissent pas le produit », déplore Claude Gauthier. « Et des fois, les vendeurs m’ont dit des choses que je devais corriger ».

Pourtant, les visiteurs qui ont essayé une voiture électrique se disent « surpris et enchantés », par la performance de ces voitures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !