•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « Femmes panaches », un quatuor bien particulier

Quatre jeunes femmes habillées en néon à la chasse

Les « Femmes panaches » dans l'ordre habituel : Josée Doucet, Tina et Sonia Joncas, Émilie Cormier

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

La chasse à l'orignal se termine ce soir au Nouveau-Brunswick, une véritable tradition dans plusieurs coins de la province. Quatre jeunes femmes se prêtent à cette activité depuis cinq ans.

Chaque année, ces dames partent ensemble à la chasse à l'orignal.

Nos hommes chassaient puis tout d'un coup, ils voulaient que nous, on applique là. Ça leur donnait plus de chances.

Josée Doucet

Étant particulièrement à l'aise en nature, les quatre jeunes femmes ont décidé d'y aller elles-mêmes, plutôt qu'avec leurs conjoints.

Une femme avec un fusil dans la forêtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Josée Doucet reste aux aguets.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Pour elles, c'est du sérieux. Au fil des ans, elles se sont munies d'armes de qualité et d'expérience.

« Deux ans passés, on en a pogné un, dit Josée Doucet. On l'a tiré, on l'a ouvert, on l'a mis dans la boîte du truck toutes seules. »

Quatre filles à la chasse dans une boîte de camionAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Au fil des ans, les quatre filles ont acquis de l'expérience.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

La chasse à l'orignal est encore reconnue comme un univers majoritairement masculin. Malgré tout leur sérieux, les « Femmes panaches » rapportent même avoir subi plusieurs remarques réductrices des autres chasseurs.

Elles n'ont toutefois pas l'intention de se décourager. Tina Joncas voit la chasse comme une thérapie. « Je prends ça comme une vacance, parce que la tranquillité de la nature, puis tu penses à toutes sortes d'affaires. Ça fait une délivrance. »

Une jeune femme avec un dispositif improvisé pour appeler l'orignalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tina Joncas tente d'attirer un orignal.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Elles sont toutes des mères de famille, à l'exception de la plus jeune du groupe, qui le deviendra dans quelques mois.

Ça ne m'a pas coûté cher en boisson, je ne viderai pas grand coolers cette année.

Émilie Cormier
Émilie Cormier tente d'attirer un orignal en imitant leurs comportementsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émilie Cormier est enceinte, mais ça ne l'empêche pas d'aller à la chasse cette année.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

D'après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Chasse et pêche