•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face-à-face tendu sur l'immigration à Lacolle

Près de 150 militants de Storm Alliance manifestent contre les politiques de Justin Trudeau en matière d'immigration, au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Radio-Canada
Mis à jour le 

Des militants de la droite identitaire ont tenu des manifestations samedi contre les politiques d'immigration dans plusieurs villes du pays. Des contre-manifestants antifascistes ont aussi décidé de se faire entendre.

Au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, au sud de Montréal, une centaine de manifestants antifascistes étaient présents, ainsi qu'environ 200 manifestants anti-immigration.

Ce poste, le plus important poste frontalier du Québec, a été temporairement fermé, et les voyageurs, redirigés vers d’autres postes près d’Hemmingford.

Dave Tregget, président fondateur de Storm Alliance, affirme que la manifestation qu'il a convoquée n’est pas contre l’immigration. « On est ici pour dénoncer et les politiques de Justin Trudeau, des libéraux, qu’elles soient économiques, sociales, ou les inquiétudes qu’ont les gens envers l’immigration. » « Quand on parle des inquiétudes de l’immigration, c’est le manque de ressources que M. Trudeau met en place pour aider les immigrants une fois rendus ici », insiste-t-il.

On n’est absolument pas contre l’immigration.

Dave Tregget, président fondateur de Storm Alliance

Ils essayent de faire passer dans le discours populaire l’idée que « c’est correct d’être raciste, en étant sympathique », rétorque Anas Bouslikhane de Solidarité sans frontières.

Le militant de gauche Jaggi Singh ainsi que des groupes citoyens pro-immigration, comme Solidarité sans frontières, ont investi tôt les lieux où manifestent Storm Alliance, un groupe associé à l’extrême droite, et ses partisans.

Les policiers de la Sûreté de Québec encadrent étroitement les manifestations, séparant les groupes de gauche et de droite.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les policiers de la Sûreté de Québec encadrent étroitement les manifestations, séparant les groupes de gauche et de droite.

Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

[On est] pour un message d’accueil simple et ouvert pour les réfugiés. On a de la place pour tout le monde [et] il n’y pas une crise de réfugiés proprement dite.

Anas Bouslikhane, du groupe Solidarité sans frontières

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sont aux aguets afin d'assurer le bon déroulement des manifestations. Un partisan pro-immigration a été arrêté alors qu’il écrivait à la craie sur un des bâtiments de la frontière.

Une brève échauffourée a opposé un militant antifasciste à deux membres de Storm Alliance. Ceux-ci lui ont asséné quelques coups avant que les policiers n'interviennent.

 

Cette altercation a poussé l'escouade antiémeute à se déployer entre les deux groupes.

Selon le journaliste de Radio-Canada Vincent Champagne, les responsables de Storm Alliance ont d'ailleurs expressément demandé à leurs membres de garder leur calme.

 

Le choix de Saint-Bernard-de-Lacolle, où se trouve le plus important poste frontalier du Québec, n’est pas anodin. Plus de 12 000 demandeurs d’asile ont franchi la frontière canado-américaine depuis le début de l’année, dont 5500 au seul mois d’août.

La manifestation à ce poste frontalier survient alors que l'Agence des services frontaliers du Canada a commencé un démantèlement partiel (Nouvelle fenêtre) du camp de réfugiés, en raison d'une importante diminution du flux de demandeurs d'asile.

 

Le flot de réfugiés a depuis considérablement ralenti, pour maintenant s'établir à une soixantaine de personnes par jour.

 

À Ottawa, la police antiémeute a dû séparer les deux clans rassemblés sur la colline du Parlement. Les manifestants pro-immigration, qui se comptaient par dizaines, sont sortis de leur périmètre pour rejoindre les quelques militants anti-immigration.

Ailleurs au pays, des groupes de la droite identitaire manifestaient près d'autres postes frontaliers qui ont connu un afflux important de demandeurs d’asile, dont Emerson, au Manitoba, et Saint-Stephen, au Nouveau-Brunswick.

Des face-à-face entre militants pro-immigration et anti-immigration avaient aussi lieu à Regina, à Edmonton et à Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveaux arrivants

Société