•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Détournements de fonds et intimidation : Tracadie nie en bloc

Denis Savoie, ex-chef pompier de Tracadie

Denis Savoie, ex-chef pompier de Tracadie

Photo : Radio-Canada / Karine Godin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La municipalité de Tracadie rejette en bloc les allégations contenues dans la poursuite intentée par son ancien chef de la sécurité publique. Denis Savoie soutient que la municipalité a fermé les yeux sur des détournements de fonds, de l'intimidation et de la mauvaise gestion financière.

Un texte de Michelle LeBlanc

Dans des documents déposés en Cour du Banc de la Reine, Denis Savoie détaille les problèmes qu'il a vus lorsqu'il était chef pompier, et ensuite chef de la sécurité publique à Tracadie.

Des irrégularités dénoncées par Denis Savoie

Il soutient que des pompiers se faisaient payer en double, par la municipalité et par le ministère des Ressources naturelles, quand ils combattaient des feux de forêt. Même chose s'ils effectuaient des tâches pour le ministère des Transports, parce que les chèques du gouvernement allaient directement aux brigades, plutôt qu'au département des finances de la ville.

Il prétend aussi qu'un pompier réclamait des heures travaillées à la municipalité, alors qu'il était incapable de remplir ses fonctions de pompier à la suite à un accident personnel.

« Suite à un accident personnel, un pompier facturait du temps à la brigade alors qu'il était dans l'incapacité de remplir ses fonctions de pompier. Monsieur X (*nom fictif) aurait dû informer le demandeur de son incapacité de travailler par l'entremise d'un certificat médical, compte tenu de la gravité de sa condition de santé et ses responsabilités de pompier. Il réclamait donc des heures à la municipalité sans les travailler. » -Exposé de la demande.

Il reproche au conseil municipal de Tracadie d'avoir autorisé le paiement d'heures non travaillées pour que les pompiers puissent avoir un remboursement d'impôt fédéral.


La municipalité de Tracadie nie en bloc les allégations

Dans son exposé de la défense, la ville de Tracadie rejette les torts qui lui sont reprochés.

Elle met en question la compétence de M. Savoie alors qu'il était chef pompier.

« (Denis Savoie) n'avait ni la compétence ni le leadership requis pour agir à titre de chef pompier pour la brigade d'incendie de la municipalité, contrairement aux représentations que le demandeur avait faites lorsqu'il avait postulé pour cet emploi », peut-on lire dans le document déposé en cour.

Elle explique que son congédiement est devenu inévitable après ses sorties publiques.

« L'inconduite malicieuse et vicieuse [de Denis Savoie] était une répudiation claire et sans équivoque de son contrat d'emploi qui était entièrement incompatible avec le maintien de l'emploi. La municipalité a perdu toute confiance envers le demandeur et la conduite de ce dernier a causé un dommage irréparable à la relation d'emploi entre les parties. » -Exposé de la défense Intimidation et complot Denis Savoie dit avoir été victime de harcèlement et de complot par des conseillers municipaux.

Il dénonce Geoffrey Saulnier, Norma McGraw et Réaldine Robichaud. « Ces conseillers remettaient les décisions et le jugement du demandeur en question et cherchaient sans cesse à miner sa crédibilité par l'entremise du directeur général », est-il indiqué dans l'exposé de la demande.

La municipalité réplique qu'elle « nie (c)es allégations et nie en bloc toutes allégations de complot comme étant des allégations tendancieuses, vexatoires. »

Denis Savoie a été congédié par la municipalité de Tracadie en avril 2017. Embauché comme chef pompier en septembre 2015, il a été muté au poste de chef de la sécurité publique un an plus tard. En février 2017, il dénonce publiquement des irrégularités financières et de l'intimidation, ce qui mène à sa suspension.

En mai, il dépose une poursuite contre la municipalité de Tracadie pour congédiement injustifié. Il réclame deux ans de salaire, en plus de dommages et intérêts, pour une somme totale dépassant le million de dollars.

Les allégations n'ont pas été prouvées en cour.

* L'identité de l'homme n'est pas révélée afin de préserver son anonymat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !