•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prolongement de la ligne orange s'invite dans la campagne électorale à Laval

La ligne orange est souvent bondée à l'heure de pointe.
La ligne orange est souvent bondée à l'heure de pointe. Photo: Radio-Canada / Francis Labbé
Radio-Canada

Le maire sortant de Laval, Marc Demers, affirme avoir obtenu de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) la reprise des études concernant le prolongement de la ligne orange à partir de la station Côte-Vertu. Trop peu, trop tard et hors de propos, ripostent les partis d'opposition.

Un texte de Francis Labbé

« Ça permettrait de désengorger la ligne actuelle », affirme Marc Demers, qui brigue à nouveau la mairie de Laval. « Il faudrait prolonger de trois stations à partir de la station Côte-Vertu, jusque dans le quartier Chomedey. »

« Traverser la rivière des Prairies du côté ouest donnerait une deuxième porte d’entrée au métro aux citoyens de la Couronne Nord, de même qu’une deuxième porte de sortie », poursuit Marc Demers, chef du Mouvement lavallois.

Marc Demers, maire sortant de Laval.Marc Demers, maire sortant de Laval. Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Trop peu, trop tard

Pour le chef du parti Action Laval, Jean-Claude Gobé, ces études sur le prolongement de la ligne orange arrivent un peu tard.

« Ça aurait déjà dû se faire. Ce sera quoi, quatre ou cinq ans d’études? Ensuite, on construira deux stations, peut-être trois? Il faut que ça bouge. »

« Il faut que Laval retrouve son influence. Nous n’avons plus d’influence, le maire n’a plus d’influence. Les projets se font sans lui », poursuit Jean-Claude Gobé.

Jean-Claude Gobé, chef du parti Action Laval.Jean-Claude Gobé, chef du parti Action Laval. Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

De son côté, le chef du Parti Laval, Michel Trottier, affirme qu’il est « malhonnête » que Marc Demers intervienne sur le sujet du prolongement de la ligne orange en cette campagne électorale.

« Ce n’est pas du tout dans les priorités du gouvernement du Québec », affirme M. Trottier. « Pour les Lavallois que nous rencontrons, la priorité, c’est l’amélioration du réseau d’autobus actuel à Laval. »

Le Parti Laval promet la gratuité du transport en commun à Laval aux étudiants. « Ce serait une façon d’empêcher l’achat d’une deuxième ou d’une troisième voiture », lance M. Trottier.

La ligne bleue, la priorité

Du côté de l’arrondissement d’Anjou, le maire Luis Miranda voit d’un bon œil que le prolongement du métro s’invite aussi dans la campagne à Laval. « Mais la priorité, lance-t-il, doit demeurer le prolongement de la ligne bleue », selon lui.

« Ce qui me déçoit le plus, c’est que si le maire Coderre n’avait pas plutôt privilégié le REM [Réseau électrique métropolitain], la construction commencerait bientôt. C’est lui qui a tué le projet », affirme M. Miranda.

Luis Miranda, maire de l'arrondissement Anjou, accuse le maire de Montréal, Denis Coderre, d'avoir fait retarder le prolongement de la ligne bleue.Luis Miranda, maire de l'arrondissement Anjou. Photo : Radio-Canada / Francis Labbé
Notre dossier sur les élections municipales 2017 au Québec  

Grand Montréal

Politique municipale