•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'artiste chinois Ai Weiwei loue le rôle du Canada dans l’accueil des réfugiés

L'artiste chinois Ai Weiwei

Ai Weiwei

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'artiste et militant chinois Ai Weiwei estime que le Canada joue un rôle de premier plan en accueillant des réfugiés, alors que d'autres pays ferment leurs frontières.

Ai Weiwei était de passage à Toronto, jeudi, afin de recevoir le prix Adrienne Clarkson pour une citoyenneté globale et pour faire la promotion de son documentaire Human Flow, qui traite de la détresse des gens déplacés à travers le monde.

L'artiste a fait l'éloge de « l'attitude très ouverte » du Canada envers les demandeurs d'asile et s'est désolé du mouvement d'extrême droite qui démonise les migrants un peu partout dans le monde.

Prolifique et provocateur, Ai Weiwei est connu pour ses installations d'envergure qui traitent de liberté d'expression, de droits de la personne et de technologie.

L'artiste Ai Weiwei pose devant ses installations « F Lotus » et « Circle of Animals/Zodiac Heads » à VienneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste Ai Weiwei pose devant ses installations « F Lotus » et « Circle of Animals/Zodiac Heads » à Vienne

Photo : Getty Images / HANS KLAUS TECHT

Celui qui a vécu la majeure partie de sa vie en exil a même été détenu pendant 81 jours, en plus de voir son passeport suspendu durant deux ans pour s'être montré critique envers le gouvernement chinois.

À Toronto, Ai Weiwei a aussi dénoncé le plafond de 45 000 réfugiés fixé par l'administration de Donald Trump pour l'an prochain. Il a souligné que de telles mesures étaient symptomatiques d'un antagonisme qui s'est infiltré dans l'ensemble du monde occidental, et qu'il faut, selon lui, affronter.

L'artiste Ai Weiwei pose en Alan Kurdi sur une plage de LesbosAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste Ai Weiwei pose en Alan Kurdi sur une plage de Lesbos

Photo : Associated Press / Rohit Chawla

L'opposition à l'immigration du président américain est le produit regrettable de la démocratie, a-t-il ajouté.

« Nous devons l'admettre. En l'admettant, ensuite, nous voyons ce qui constitue un danger potentiel », a-t-il exposé aux journalistes, entre deux publications sur Twitter et Instagram.

Le dissident maintient que les États-Unis ont la responsabilité toute particulière d'offrir un havre sûr à ceux qui fuient la guerre, la faim et la persécution.

Pour que les États-Unis, un pays si puissant, un leader du monde démocratique, donnent ce genre de mauvais, mauvais exemple et limitent à moins de la moitié de ce qu'avait promis l'administration précédente, ce qui n'était même pas un gros chiffre, ça veut dire qu'ils se soustraient à cette responsabilité.

Une citation de : Ai Weiwei

« Je pense que tous ces mouvements d'extrême droite montrent vraiment quelles nations manquent de confiance et manquent de compréhension de ce qu'est l'humanité », a-t-il avancé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !